Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Provence : un poète catalan à la rencontre d’un poète cannois,

Crédits:
textes par

Jordi Ventura traduit Fernand Dartigues.

C’est grâce au moteur de recherche Google que nous avons trouvé cette traduction d’un poème de Fernand Dartigues (1912 - 2000), « Paysage ». C’est le poète catalan Jordi Ventura qui l’avait publié à Cannes, en 1957, dans un numéro de sa revue Esterè.

PAÏSAGE

Lou paumié verd, l’óulivie gris, lou ciprès sourne
Counfoundon sus lou sòu la téuneso de soun ombro
E lou cant d’un aucèu s’aubouro vers lou cèu.

L’er, maugra soun esclat, pareis mistererious
Urous quau pòu durbi lou matin sa fenestro
Sus lou siau ourizount quau alargo soun èstre :
Lou ciprès negre, lou paumié verd, l’óulivié gris.

Urous quau pòu se creire dins quauque paradis :
Urous quau pòu antau se passeja en sandalo
Sens’ clapa la flour que creis entre li laudo,
Avènt pèr coumpagnoun à pèr tout univers
L’óulivié gris, lou negre ciprès, lou paumié verd.

Quouro toumbo lou ser sus la terro amudido
On vei s’atrina en noblo siloueto
Lou paumié verd, l’óulivie gris, lou ciprès negre.
Alouro clavarai lis ièu pèr mies li veire.

PAYSAGE

Le pommier vert, l’olivier gris, le cyprès sombre
Confondent sur le sol la légèreté de leur ombre
Et le chant d’un oiseau s’élève vers le ciel.

Heureux qui peut ouvrir le matin sa fenêtre
Sur le calme horizon qui élargit son être.
Le cyprès noir, le pommier vert, l’olivier gris.
Heureux qui peut se croire dans quelque paradis.

Heureux qui peut ainsi passer en sandales
Sans écraser la fleur qui croît entre les pierres
Ayant pour compagnons et pour tout univers
L’olivier gris, le noir cyprès, le pommier vert.

Quand tombe le soir sur la terre remuée
On voit se dresser en nobles silhouettes
Le pommier vert, l’olivier gris, le cyprès noir.
Alors je fermerai les yeux pour mieux les voir.

Fernand Dartigues