Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : festival de thons

Crédits:
textes par

Greenpeace veut profiter de la manifestation pour faire un buzz…

Comme l’écrivait notre confère Jean-Pierre Largillet sur son Web Time Média : « Le Festival de Cannes offre une formidable vitrine planétaire pour toutes les actions de protestation ou de sensibilisation. » C’est aussi l’occasion de profiter de cette couverture médiatique unique pour parler de tout sauf de cinéma. Les joailliers, les couturiers, viennent faire leur promo. Il est vrai que certains donnent en échange quelque chose. Ainsi la célèbre marque genevoise de montres de luxe et de bijoux, Chopard, partenaire officielle de la manifestation, fabrique les Palmes d’or et organise la remise d’un Trophée en rapport avec le cinéma.

L'association Greenpeace qui sait coller avec l’actualité et n’est jamais en manque d’idées, a choisi cette fois pour faire un buzz, non pas les sables bitumineux de l'Athabasca, mais celui des plages de la Croisette. Ce sera pour rappeler que le thon rouge, ça ce termine incessamment sous peu ! Grâce aux Japonais et aux pêcheurs d’Islande et d’ailleurs, il n’en restera bientôt plus. Les thons rouges ont vraiment de quoi se faire du sushi… et ce, malgré les efforts du prince Albert de Monaco, bien seul sur son rocher.

Le CITES en a décidé ainsi. Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, cet autre gros machin comme aurait dit le Général de Gaulle, est aux mains de pays majoritairement peu intéressés par les perspectives environnementales et qui marchandent leurs votes au coup par coup. Le Japon, la Norvège et la Nouvelle Zélande par exemple connaissent très bien les règles du jeu. Toi, tu pourras continuer à pêcher le thon si tu me laisses prolonger indéfiniment mes autorisations de pêcher à des fins scientifiques baleines, phoques, globicéphales…

Pour une fois, l’Italie joue aux bons élèves. Silvio Berlusconi a signé un moratoire sur la pêche industrielle du thon rouge en Méditerranée. La France est dans l’autre camp qui continue allégrement le pillage de la ressource, prenant en toute connaissance de cause le risque de la voir disparaître… à jamais.

Demain donc, à 14 heures, les bénévoles de Greenpeace installeront un cimetière… marin de thons rouges, une mise en scène qui pourrait peut-être convenir au président du jury Tim Burton qui aime le glauque. Elle est destinée à faire réaliser au public que 2010 est la dernière année où on peut encore sauver l’espèce. Pour en savoir plus, cliquez ici ou téléphonez à Philippe Ardisson, de la section locale de Nice au 06 33 04 74 05.