Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

En prélude au Festival de Cannes, Bruno Oger ouvre au Cannet

Crédits:
textes par

son petit paradis gastronomique…

- une des nombreuses séquences qui animèrent la soirée : Gilles Jacob venu en ami, Michèle Tabarot, Patrick Tambay, Jacques Chibois, Hélène et Bruno Oger et leurs enfants, Richard Galy, Philippe Tabarot -

Nous avions déjà fait plusieurs fois références au projet de restauration portée par Bruno Oger qui, depuis la fermeture de la Villa Des Lys** de la Croisette, rongeait son frein malgré de belles opérations de consultant à travers le monde. Dans une période économique fragile, Bruno a réussi, en seulement une année, à sortir de terre cet établissement qui portera le nom de « La Bastide Bruno Oger ».

Tous ceux qui ont eu la chance de visiter le lieu sont favorablement impressionnés par sa conception, une déclinaison de trois espaces : la « Villa Archange », réservée à la gastronomique pure et dure, le « Bistrot des Anges », une brasserie, ainsi que « L’Angle Bar ». Le soin apporté aux détails est exemplaire. Les professionnels ont pu se rendre compte, en visitant les cuisines et les dépendances, de la mise en place d’une organisation sans faille au service d’un personnel trié sur le volet. Dans les cuisines comme d’ailleurs dans la salle, plusieurs faisaient déjà partie des brigades de Bruno.

En une année donc, les travaux ont permis de… restaurer les bâtiments existants, de les aménager pour en tirer le meilleur, en créant par exemple de petites salles - plusieurs décorées avec goût et agrémentées des œuvres picturales d’Hélène Oger - et de construire une immense verrière qui abrite la partie Brasserie, celle capable de rassembler le plus de convives.

L’inauguration se déroula au jour et à l’heure dite, une performance qu’il faut saluer et qui nécessita la présence au quotidien du maître des lieus et du chantier. Après les discours d’usages, empreints d’émotion pour Bruno et sa femme Hélène, admiratifs pour le sous-préfet Claude Serra, la député-maire du Cannet Michèle Tabarot, se déclarait particulièrement heureuse de voir le projet aboutir et valoriser sa commune. Oserons-nous dire, qu’elle était ce soir-là aux Anges ? Il est vrai qu’elle est partie prenante, apportant un soutien inébranlable, matérialisé par l’aménagement des parkings et des entrées extérieures.

Un contrat qui s’annonce gagnant gagnant entre Bruno et la ville du Cannet, la présence d’un établissement de cette qualité, étant en soi une carte maîtresse qui s’ajoute à l’installation en cours du Musée Bonnard. Le Cannet en viendra-t-il un jour à faire de l’ombre à une autre Cité des Anges, en Californie celle-là ? Ce n’est pas pour rien peut-être que Gilles Jacob, président intouchable du Festival de Cannes, était venu adouber Bruno Oger et l’assurer de sa fidélité… Un signe et un atout de poids pour attirer les gens du Cinéma hors les murs du Palais et des Palaces de la Croisette.

Jacques Chibois, un des premiers venu encourager son alter ego, nous confiait avoir été, il y a 13 ans, contacté par le maire de l’époque, Pierre Bachelet, pour s’établir sur ce même endroit. Mais la proposition municipale ne ressemblait pas à celle d’aujourd’hui, c’est ce que nous a laissé entendre le chef grassois de La Bastide Saint Antoine**. Autres grands noms de la gastronomie française, Georges Blanc et Anne-Sophie Pic, faisaient office de parrains, convaincus que le talent et le sérieux de Bruno garantissaient le succès de l’entreprise.

La suite de la soirée que la météo avait généreusement épargnée (était-ce aussi un signe favorable du destin ?), fut particulièrement conviviale et plaisante. Les notables du bassin cannois, les élus de Grasse, Mougins et du Cannet, trouvèrent l’ambiance détendue et propice aux confidences… ils ne parlèrent pas que du sexe des anges…

Il faut dire que les plateaux de dégustation gastronomique se succédèrent, donnant un aperçu du savoir-faire des cuisiniers ; le champagne frappé à souhait, le trio de musiciens mexicains, le magicien se promenant discrètement parmi les invités, les chanteurs guitaristes qui jouèrent sans qu’on ait à se boucher les oreilles, des airs des années 70… tous ces ingrédients donnèrent à cette soirée un goût de « revenez-y ! » bien sympathique.

  • La Bastide Bruno Oger - 15 bis Rue Notre Dame des Anges, 06110 Le Cannet - Côte d’Azur - Téléphone : 04 92 18 18 28 - reservation@bruno-oger.com -

- lire nos autres articles consacrés à Bruno Oger et signés par Brigitte Brunot ou par Alain Dartigues dans notre rubrique Gastronomie, voyages… ici.

- Georges Blanc***, Anne-Sophie Pic*** posant avec Bruno Oger sous une œuvre en mosaïque du Grassois Jean Pyrka -