Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Monaco : la Tour qui risque de mettre à l’ombre…

Crédits:
textes par

un sénateur-maire de la Côte d’Azur. Elle privera en tout cas de soleil, les habitants de la commune voisine…


- René Vestri -

Aller savoir pourquoi, c’est « L’Alsace.fr », pas la Lorraine, ni plus pertinemment la Côte d'Azur qui donnait la première, avant-hier soir, vers 19 h, l’information : René Vestri, le maire de Saint-Jean Cap Ferrat avait été mis en examen « pour blanchiment à titre habituel et en bande organisée, trafic d'influence et association de malfaiteurs. » Rien que ça ! L’information allait vite être reprise par le Monde… avant que les médias ne se jettent sur cet os ; bien que, il faut le dire, ce qui se passe dans l’extrême sud-est de la France intéresse rarement les titres nationaux, mis à part le Festival de Cannes, cela pendant une petite quinzaine. La présence, l’omniprésence plutôt, de Christian Estrosi qui profite de sa position de Ministre chargé de l’Industrie pour occuper le maximum de terrain, est une exception qui ne fait que confirmer cette constatation. Jusqu’à la télévision nationale qui, lorsqu’elle parle de la pluie et du mauvais temps en France, oublie régulièrement de dire qu’il fait beau chez nous…

Mais ce matin, c’est de René Vestri dont il est question et la météo n’est pas très bonne pour lui. La Tour de l’Odéon, qui se construit dans le micronésique État de Monaco, fera porter son ombre sur les habitants de la commune de Beausoleil… la bien nommée mais pour encore combien de temps ? Ils protestent. Haute de 170 mètres, cette tour risque aussi de mettre à l’ombre un vétéran, considéré par ses administrés comme une institution. comme peut l’être, à un autre niveau un Charles Pasqua.Nous n’en sommes encore bien loin et comme le faisait remarquer Me Versini-Campinchi, l’avocat du sénateur maire incriminé : la procédure de mise en examen est une action judiciaire classique qui permet de faire avancer le dossier et surtout d’y avoir accès. Elle n’a donc pas que des inconvénients pour la défense. Reste que le juge d'instruction marseillais, Charles Duchaine, n’était pas obligé d’en arriver là et qu’il aurait très bien pu classer l’affaire sans suite.

Cette affaire qui sent les gros sous, serait – laissait clairement entendre l’avocat - un prétexte tout trouvé pour déstabiliser un personnage devenu encombrant ; un sénateur et maire qui refuse de rentrer dans les rangs et d’applaudir aux stratégies des leaders de la majorité départementale, en particulier de celles portées par Christian Estrosi. Ce dernier caresse le projet de réaliser une immense intercommunalité de Cagnes-sur-mer à Menton, docile qui pourrait rivaliser avec les plus grandes institutions du genre en France. Le maire de Beausoleil, Gérard Spinelli partage avec René Vestri cette analyse et y voit la même cause d’un acharnement judiciaire qui l’a conduit à être lui aussi mis en examen, en novembre dernier, sur ce même dossier pour corruption passive. D’abord incarcéré, il avait été relâché. La procédure qui touche René Vestri a été plus longue à aboutir. Il a fallu en effet attendre que le Sénat se prononce et lève partiellement son immunité parlementaire.

Alors, règlement de comptes politiques ou pas ? Le motif est en tous les cas environnemental et nul ne doute que ce double gratte-ciel, qui sera la plus haute construction de la Principauté monégasque, fera de l’ombre à de nombreux résidents de la commune française de Beausoleil. Ce projet en cours de réalisation ne semble pas avoir pris en compte ce voisinage. Le battage autour de ce fait divers freinera-t-il l’ampleur du projet ? Rien n’est moins sûr, dans une région où la pression immobilière est si forte et où les lois de l’urbanisme, loi littoral en tête, sont constamment bafouées. Le prince Albert qui règne sur une administration qui contrôle tout, ne dit mot. Se soucie-t-il seulement de ce genre de détail de l’histoire et de la géographie ?

  • on apprenait hier en soirée, sur le Ficanas de Christian Gallo, que Christian Estrosi avait décidé de réagir aux insinuations qui lui attribueraient la responsabilité des ennuis judiciaires de René Vestri. Il a chargé son conseil, Me Thierry Herzog, de vérifier si de tels propos avaient été effectivement tenus, et d’y donner les suites qui conviendraient…