Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice : une pétition circule contre… Escota,

Crédits:
textes par

l’entreprise autoroutière Estérel, Côte d'Azur, Provence et Alpes, se défend.

Un automobiliste de la région niçoise fait… circuler une pétition à propos de la suppression annoncée du forfait Saint-Isidore pour le contournement de Nice.

Il se plaint d’avoir récemment un courrier d'Escota laissant entrevoir d’importantes modifications des conditions de renouvellement de ce forfait. Elles pourraient, d’après son interprétation, signifier la disparition définitive de cette possibilité donnée aux usagers de l’autoroute, si ces derniers ne répondent pas à cette relance d’ici le 31 mai. Le forfait ne serait d'ailleurs à ce jour plus proposé aux nouveaux abonnés. Nul doute - ajoute-t-il - que dans un an ou deux, il sera définitivement supprimé. Contacté par téléphone, la compagnie aurait reconnue perdre de l'argent sur ce forfait et qu'elle n'avait donc aucun intérêt à le maintenir.

Cet usager a fait ses comptes. Si ce forfait disparaissait, le coût du trajet pour un salarié habitant à Nice et travaillant à Carros, passerait de 140 € annuel à environ 440 €. Avec comme conséquence, d’inciter les automobilistes à rouler en ville pour échapper au péage et à contribuer un peu plus aux difficultés de la circulation…

Contacté par nos soins, Escota se défend. La responsable de la communication, Isabelle Escapin, explique :

« Je lis dans la pétition que le forfait est définitivement terminé au 31 mai. Je pense que la personne n'a pas bien appréhendé le courrier qu'elle a reçu. En effet, nos enquêtes clients ont fait ressortir que la tacite reconduction n'était pas comprise, puisque certains ne l'utilisaient plus et que par ailleurs, ce forfait n'était plus adapté à des trajets plus longs entre le domicile et le travail. Donc, à chaque date anniversaire depuis le mois de septembre dernier, et ce, depuis juillet, nous avons envoyé plusieurs courriers aux clients concernés. Depuis le début de l’opération, chaque mois, 30% des clients choisissent de ne pas renouveler cette option. Ce processus sera renouvelé auprès de chaque client concerné, chaque année à la date anniversaire. Donc, les personnes qui ont cette option aujourd'hui et qui souhaitent la garder l'ont gardée. Il est probable que la date du 31 mai concerne peut-être cette personne mais pas d'autres.

Par ailleurs, nous sommes en train de procéder à une nouvelle évaluation des offres commerciales proposées actuellement , afin de toujours mieux répondre aux besoins de nos clients, pour mettre en place des formules d'abonnement toujours plus pertinentes. »

La pétition véhiculée sur Internet a fait réagir les internautes. La majorité se plaint des tarifs jugés exorbitants. Ils représenteraient - écrit l’un d’eux - une véritable prise en otage des habitants de l'agglomération obligés d'utiliser leur véhicule pour travailler. Comme dans la plupart des grandes villes et à des fins environnementales, l'autoroute de contournement devrait être gratuite.

Les utilisateurs habituels, constatent de leur côté les augmentations répétitives des tarifs. Elles avaient d’ailleurs fait réagir le Ministre de l’industrie et maire de… Nice, Christian Estrosi. Celui-ci avait accepté, en janvier dernier, au nom de la Communauté urbaine qu’il préside, de revoir la politique tarifaire d’Escota. Une politique qui, comme le signalait le journaliste V.W. de Nice Rendez-vous, « a été déterminée sans concertation avec les acteurs locaux, et en contradiction avec les politiques de transport menées localement par les collectivités, et de plus, contraire aux objectifs du Grenelle de l’environnement. »

Depuis silence radio, sur Trafic FM 107.7. !