Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : après Cannes, un prodige de 14 ans

Crédits:
autre

enchantera les mélomanes niçois…

Le jeune pianiste, Jan Lisiecki, a trouvé son public et l’a transporté lors de son interprétation au dernier Midem de Cannes du concerto n°1 de Chopin en mi mineur. Avec pour immédiate conséquence de se faire inviter pour jouer ce même concerto avec l’Orchestre Régional de Cannes Provence Alpes Côte d'Azur à l’occasion du 10ème anniversaire de la disparition de Marcel Landowski, père des orchestres régionaux.

Le premier hommage aura lieu à Nice, le vendredi 16 avril à 15h à l’ Auditorium Joseph Kosma - CRR - entrée libre dans la limite des places disponibles. L’orchestre, sous la direction musicale de Philippe Bender, et d’Emmanuel Bleuse, violoncelle, interprétera le Mouvement pour orchestre à cordes de Marcel Landowski, le Prélude pour la Genèse pour orchestre à cordes de Jacques Charpentier et le Concerto pour violoncelle & orchestre à cordes de Marc Bleuse.

Tout le monde se retrouvera le dimanche 18 avril à 16 h 30 au Théâtre Croisette, à Cannes, où la même équipe jouera le Concerto pour orgue & orchestre de Marcel Landowski, une œuvre dédiée à Jacques Taddéi et à l’Orchestre Régional de Cannes.

  • Ce jeune pianiste canadien de bientôt 15 ans, Jan Lisiecki, ne séduit pas seulement le public mais impressionne aussi ses pairs. Le 1er janvier dernier, à minuit, il eut l'honneur d’inaugurer l'Année de Chopin à Zelazowa Wola, lieu de naissance du maître, en Pologne. Cet événement a marqué le début officiel des célébrations du 200e anniversaire de la naissance de Chopin à travers le monde. À Cannes lors du Midem, il a laissé les auditeurs pantois avant que n’éclatent les applaudissements. Au lendemain de ce concert mémorable, Victor Hache écrivait : « Très concentré avant de jouer, ses longues mains le long du corps, il ferme les yeux avant de se plonger dans l’univers du maître. Quand ses doigts courent sur le clavier, c’est comme si tout son être se laissait envahir par la musique de Chopin. Son jeu est sûr et empli de romantisme. Jan Lisiecki n’est encore qu’un adolescent, mais ce qui frappe, c’est l’étonnante maturité musicale de son interprétation. Une technique irréprochable, un style plein de délicatesse, une présence scénique et une gentillesse, le musicien paraît avoir toutes les qualités. »