Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Liban : le Gray de Beyrouth,

Crédits:
autre

quand la confiance est retrouvée…

À Cannes on connaissait le Gray… d’Albion, une des étoiles de l’hôtellerie azuréenne aux mains de la SMCMC, détenue à 70% par la famille Desseigne-Barrière. Dans la capitale du Liban, la chose est nouvelle. A la reconquête d’une gloire passée, elle retrouve peu à peu ses marques et ses enseignes, malgré une sécurité relative mais la sécurité des biens et de personnes n’est plus ce qu’elle fut, n’est-ce pas… Ainsi, les grandes chaînes hôtelières… comme Four Seasons, Grand Hyatt, Ramada, n’hésitent plus à s’installer ou se réinstaller.

Pour Le Gray s’est une première. Quatrième enseigne de celui qui s’est fait d’abord un nom avec le One Aldwych puis avec le Dukes à Londres, le Carlisle Bay à Antigua, Gordon Campbell Gray. L’intrépide entrepreneur anglais a collaboré cette fois avec la décoratrice d’intérieur, Mary Fox Linton, afin de créer une ambiance détendue, confortable et moderne. Son hôtel propose 87 chambres et suites. Situé dans le centre de Beyrouth, dans un des quartiers chics ayant fait l’objet d’une incroyable réhabilitation, Le GRAY se trouve également à proximité des principaux quartiers de shopping et de divertissements de la ville. Face à la côte méditerranéenne et aux sommets du Mont Liban, l’hôtel possède une situation stratégique, au croisement de l’historique Place des Martyrs et de la très chic Rue Weygand.

- l’étonnante piscine aux tons pourpres et le restaurant sur le toit,
« Indigo on the Roof », avec une vue imprenable sur la ville offre une cuisine internationale avec une touche méditerranéenne -

Le Gray Beyrouth est membre du réseau Leading Small Hotels of the World. Il propose des chambres à partir de 247€, hors TVA de 10 %.

« Beyrouth - se plait à ponctuer Gordon Campbell Gray - est tout simplement une de mes villes préférées dans le monde. Elle connaît actuellement une véritable renaissance et rien n’est plus stimulant pour nous. »

Quand l’hôtellerie va, tout va, surtout lorsqu’on est à Beyrouth…