Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : Claude Dronsart est parti avec ses souvenirs…

Crédits:
textes par

Homme d’écriture, photographe, journaliste, il fut aussi la mémoire du Saint-Tropez des folles années 70.

« Une crise cardiaque a mis fin à sa collaboration à Riviera magazine, à ses projets personnels, à sa présence parmi nous. Il était à la soirée de présentation de l'annuaire de la Presse et je l'avais vu, toujours aussi fringant, au Congrès de l'Union des Clubs de la Presse à Bordeaux », c’est ainsi que Philippe Tallois, président du Club de la Presse salue l’artiste, parti trop tôt.

Claude Dronsart avait, il y a une dizaine d’années, tourné la page de Var-Matin pour diriger ses pas vers Antibes. C’est là que Georges Chemla lui donna l’occasion de garder le pied à l’étrier. Il lui confia la rédaction de son magazine… Riviera.

Voulant laisser une trace de ces années folles où il opérait à Saint-Tropez, Sainte-Maxime, Ramatuelle… son appareil photo en bandoulière, à tu et à toi avec les people de l’époque, il se décida à publier un livre de ses meilleures prises de vue. La liste des prénoms à la mode de ceux qu’il captura sur la pellicule est longue : Brigitte (Bardot), Johnny (Hallyday), Sylvie (Vartan), Eddie (Barclay), Guy (Bedos), France (Gall), Alain (Delon), Jean-Claude (Brialy), Jean-Paul (Belmondo), Louis (De Funès) et ses gendarmes.

Ses clichés noirs et blancs furent aussi l’objet d’une exposition dans la galerie de Sandra Cerfontaine, à Saint-Tropez puis à Bruxelles. C’est là qu’un ambassadeur les y remarqua et que, de fil en aiguille, trois de ces clichés vinrent orner le bureau de Nicolas Sarkozy à Bruxelles, bureau que celui-ci occupa durant la présidence française de l'Union européenne.

Nous eûmes nous-mêmes la chance de rencontrer Claude Dronsart à Cannes et à Nice lors de conférences de presse, et de soirées festives. Nous le croisâmes aussi à Montréal où il se rendait souvent : un gentleman !

Sa disparition nous renvoie à nos proches et à nous-mêmes et nous rappelle une triste évidence : « il faudra bien mourir un jour » !

Louise et Alain Dartigues