Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes Le Cannet : une étoile va naître…

Crédits:
textes par

Un Ange passe…


- les principaux propagandistes -

Il l’a dit, il le fait. Bruno Oger qui avait apporté par son travail deux étoiles Michelin au Groupe Lucien Barrière, a posé l’autre midi, la première pierre de son futur restaurant. Un projet mûrement réfléchi, un sacré pari aussi pour ce chef cuisinier doué et déterminé. La page « Villa des Lys » étant tournée, il regarde vers l’avenir, il a un nom : « Villa des Anges »…

Il était hier entouré de sa femme Hélène, de sa famille, d’amis, de collaborateurs, la truelle à la main, prêt à troquer pour la circonstance, sa toque de chef de cuisine pour un casque de chef… de chantier. Michèle Tabarot, député-maire du Cannet était venu lui renouveler son soutien. Elle n’est pas pour rien dans la venue de Bruno Oger sur sa commune. Elle a œuvré pour que soit rendu possible l’établissement du chef sur un des rares lieux qui permettait la réalisation d’un tel projet. En lui facilitant les choses, notamment en lui faisant accorder par la ville un bail emphytéotique de 70 ans et en investissant plus de 800 000 € dans les espaces verts et le réaménagement du quartier.

Ainsi, deux bastides léguées à la mairie du Cannet dans les années 80 par les sœurs Cosmetatos et Chavane de Dalmassy, vont se retrouver métamorphosées. Le cabinet d'architecture « Studio A3 » sis à Mandelieu, a planché sur le sujet et proposé au restaurateur, avec l’agrément de l’Architecte des Bâtiments de France, un projet. Il permettra de créer un coin gastronomie capable d’accueillir 25 convives et un « bistrot » d’une capacité d’une bonne centaine de personnes plus un coin bar où seront servis des portions, version tapas.

C’est sous les tilleuls centenaires que les premiers hôtes seront reçus l’année prochaine, la période festivalière semblant être idéale pour marquer les esprits. Le chef est confiant et compte bien recevoir une de ces prestigieuses soirées qui animent le Festival de Cannes et laissent un souvenir indélébile.

Le sous-préfet de Grasse, Claude Serra, a tenu à être de la fête. Il apporta sa touche personnelle, se félicitant de l’initiative courageuse de Bruno Oger.

Dans cette ambiance joyeuse, propre aux pensées positives, tout le monde croisait les doigts et souhaitait le meilleur pour que cette énergie qui était bien visible hier, se traduise par un succès qui serait mérité, pour que Bruno Oger retrouve sa place dans les pages du livre rouge de la gastronomie, le Michelin. C’est son objectif avoué. Le Cannet serait enchanté de partager avec les communes voisines les étoiles du Guide ; à Mougins, Serge Gouloumès, à Grasse Jacques Chibois, à Mandelieu Stéphane Raimbault, à Cannes Christian Sinicropi, seraient moins seuls…

  • lire aussi notre article, ici -