Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Le Cannet : Patrick Devedjian à la rencontre des militants UMP.

Crédits:
textes par

Expliquer et rassurer…


- Patrick Devedjian, René Vestri, Michèle Tabarot, Patrick Tambay -

C’est devant un public acquis à la cause que Patrick Devedjian, ministre de la Relance, est venu faire de la pédagogie et porter la bonne parole du gouvernement. Fidèle à son habitude, Michèle Tabarot, sa collègue à l’Assemblée nationale, avait, en seulement quelques heures, réussie à rassembler tout son monde, des militants venus aussi des villes voisines. De nombreux maires de sa circonscription, la 9ème, avaient aussitôt répondu présents. Richard Galy (Mougins), André Roatta (La Roquette), Gilbert Pibou (Pégomas), Michèle Olivier (Andon)et quelques autres avaient rejoint le parterre. Sur la scène, René Vestri, sénateur-maire UMP de Saint-Jean-Cap-Ferrat et Patrick Tambay, Conseiller général ; dans la salle un des vice-présidents de l’Assemblée départementale… Philippe Tabarot mesura sa popularité à l’aune des applaudissements tandis que le sénateur José Balarello arrivait de Tende avec quelques minutes de retard…

La Salle Bel’Aube fut vite pleine et Patrick Devedjian n’eut aucun mal a chauffer l’atmosphère. Il résuma avec son talent d’orateur habitué à ce genre d’exercice, la situation actuelle. La crise, celle qui n’est pas encore derrière, (égratignant au passage les déclarations de D. Strauss-Khan qui, peu de temps avant qu’elle n’éclate vraiment, affirmait le contraire…) fut au centre de son intervention. Il décrivit les événements qui entourèrent cette crise financière, le rôle du chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy dont il salua la réactivité et la crédibilité sur la scène européenne et internationale.

Répondant ensuite aux questions du public, il donna un avis un peu embarrassé sur les problèmes soulevés par les DOM-Tom et principalement par la Guadeloupe avant de défendre l’intérêt de construire des ronds-points à l’anglaise… Plus sérieusement, il mit en évidence les efforts du gouvernement en faveur des petites entreprises, créatrices d’emplois. Les exonérations fiscales leur permettant d’embaucher, au rythme – selon le Ministre – de 3000 créations d’emplois par jour… Un chiffre qui fait rêver et qui pourrait permettre de compenser les licenciements chez Total, Continental et autres… Il en profita pour confirmer son engagement, plus spécifiquement, à aider de façon concrète la commune du Cannet à développer son économie. Patrick Devedjian en profita pour parler un peu de son projet des « mille chantiers ». Souhaitons pour tous qu’il ne connaisse pas le même sort que celui des Mille piscines (un projet mis en place par Joseph Comiti, secrétaire d'Etat aux Sports, 1970) qui, dans les faits, ne déboucha que sur la construction de 200 bassins…