Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

« Politicaillement » vôtre

Crédits:
textes par

commentaires en… désordre.

  • Julien Dray. Qui le… montre du doigt ? Soupçonné de détournements de fonds au préjudice d’associations subventionnées par l’État, le voilà rappelé à l’ordre par la Justice française. Une simple tape sur les doigts, autant dire rien. Mais, l’eau a coulé sous les ponts et sa place dans la hiérarchie du parti socialiste en a souffert. Yves Thréard du Figaro, pose le problème ainsi : à qui profite le crime ? À qui a profité le crime que Julien Dray n’aurait probablement pas commis ? Une sombre histoire de règlement de… compte au sein du PS ?
  • Nadine Morano. Elle s’est fait elle, tapée sur les doigts. En interne par l’UMP qui traque tous dérapages verbaux qui pourraient être mal interprétés, en externe par les opposants au régime sarkoziste toujours à l’affût, prêts à faire dire aux gens ce qu’ils n’ont pas… pensé. Pas politiquement correcte la madame lorsqu’elle a répondu, un soir de meeting, à un jeune homme qui l’interrogeait sur la compatibilité de l’islam avec la République : « Ce que je veux, c’est que (le jeune musulman) se sente Français lorsqu’il est Français. Ce que je veux, c’est qu’il aime la France quand il vit dans ce pays, c’est qu’il trouve un travail, et qu’il ne parle pas le verlan. C’est qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers ». Mais trop c’est trop, n’est-ce pas. Sans doute cela serait mieux passé si elle avait dit : ce que je veux, c’est que le jeune musulman se sente moins Français s’il est Français que musulman, arabe, beur, maghrébin ou africain. Ce que je veux c’est qu’il aime son pays d’origine davantage que la France ; ce que je veux quand il vit dans ce pays, c’est qu’il ne trouve pas de travail, qu’il parle verlan, qu’il porte sa casquette à l’envers… Cela serait passé comme une lettre à la poste, cher monsieur Besancenot vous qui aimait tant montrer la France du… doigt.
  • Le doigt de Dieu. À propos de votre doigt, monsieur Olivier Besancenot, irez-vous jusqu’à porter plainte contre le gendarme qui vous l’a cassé alors que vous escaladiez la grille de l'Assemblée nationale pour protester contre la privatisation de La Poste - un combat d’arrière garde vous avouerez bien ? Ou bien, vous contenterez-vous de la douce revanche à l’annonce d’un autre doigt, sectionné celui-là, d’un policier qui avait eu… l’outrecuidance (cela se révéla être de la hardiesse) de vouloir contrôler l’identité de plusieurs djeunes dans le quartier de Jussieu. Le policier comme le syndicaliste se sont vu délivrés une interruption d'incapacité temporaire totale de travail de… 45 jours.
  • Cannes. Qu’ont pensé les conseillers municipaux lorsque Bernard Brochand leur a demandé de voter une délibération autorisant la mairie à accorder un bail de… quarante ans au futur gérant de la SEMEC qui gère le Palais des Festivals et des Congrès ? Pour les conseillers municipaux de la majorité, ce ne fut apparemment pas un problème bien que certains, en privé, ne cachaient pas leur… pyrrhonisme. Quant aux autres, de Philippe Tabarot à droite et à Pierre Site pour le PS, ils manifestèrent unanimement leur incrédulité. En prendre pour 40 ans, c’est ici du jamais vu, pas forcément une raison pour ne rien faire mais, où seront-nous dans quarante ans ? Y aura-t-il encore des Congrès, les gens viendront-ils encore des quatre coins du globe pour deviser ensemble de commerce, d’industrie des spectacles, de la mode ? Car le projet repose essentiellement sur cet axiome, il faut répondre aux besoins actuels des organisateurs de Congrès, de Festivals et manifestations en tout genre, sinon ils iront ailleurs et ce sera alors la fin des haricots… Un sacré pari d’optimisme que les conseillers du maire n’ont pas hésité à faire. Sans doute ne sera-t-il pas nécessaire pour autant, cher lecteur et lectrice, d’attendre… 40 ans pour savoir si le projet est raisonnable et contribuera à rendre la ville plus prospère et compétitive sur le marché du tourisme d’affaires.