Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

La Côte d’Azur détient plusieurs pompons…

Crédits:
textes par

que personne ne veut leur disputer.

  • Zones inondables.

Entre 1999 et 2006, près de 100 000 logements ont été construits dans les zones inondables de 424 grandes communes de plus de 10 000 habitants, révélait le Commissariat général du développement durable au début de l’année.

Le département des Alpes-Maritimes est de loin le plus concerné par cette situation avec la construction de plus de 9 000 logements en zones inondables au cours de ces sept années. Les zones les plus ciblées : les plaines alluviales du Var et de la Siagne. Autrefois uniquement agricoles, les conséquences des débordements n’étaient pas des catastrophes et, en amenant des alluvions, avaient mêmes des effets bénéfiques.

Ces terrains délaissés par les agriculteurs (la terre est basse et la concurrence européenne dissuasive…) ont été rachetés par des promoteurs. Ils y ont bâtis, en toute légalité (merci les maires et la DDE !) des habitations individuelles, collectives et des ZI. À cause de cette situation, des départements comme celui des Alpes Maritimes, ne disposent que de 3 jours de réserves alimentaires. On peut imaginer le chaos qui surviendrait en cas de troubles importants dus à une longue grève, d’un cataclysme naturel, d’une guerre…

Le dérèglement climatique dont on commence à voir ses effets, apportera certainement de plus en plus souvent et de façons brutales et imprévisibles, des épisodes météorologiques susceptibles de gonfler les cours d’eau et de les faire déborder. Ce qui ne nous empêchera pas paradoxalement un jour de manquer d’eau, sachant que, de plus en plus nombreux sur cette terre et de plus en plus gourmands, nous consommons et gaspillons sans compter cette précieuse ressource…

  • Loi littoral.

Autre pompon, plus officieux celui-là, le nombre d’infractions concernant l’occupation du domaine publique maritime. Beaucoup de déclarations d’intention de la part de maires et de préfets. Mais, il faut bien le reconnaître, à part quelques coups médiatiques, les passages à l’acte sont plutôt rares.

Avant-hier, c’était le MacDonald installé à Cros de Cagnes, 450 m2 construit en dur sur les galets, près de Marina Baie des Anges, qui rendait les armes après 10 années de petits pas en avant suivis de petits pas en arrière des administrations chargées de faire respecter la loi. Et justement, il y a bien une loi faite sur mesure, « la loi littoral » qui ne s’accorde pas ni en genre ni en nombre. Votée en 1986, elle menace beaucoup d’intérêts… économiques et particuliers.

En mai dernier, c’était aussi à Cagnes-sur-mer que les autorités avaient jetées leur dévolu sur le restaurant de plage « La Madrague ». Il est vrai que l’entreprise avait déposée son bilan en 1996. Un dossier un peu long à régler mais facile. Ce n’est pas toujours le cas. Ainsi, sur la même commune plusieurs autres enseignes sont menacées et auraient dues déjà disparaître : La Gougouline (une véritable institution un peu décrépie), Le Neptune, le Cigalon et Tiercé Plage.

Autre médiatisation qui laisse croire à la volonté des autorités préfectorales s’appliquer la loi dans toute sa rigueur, la démolition l’année dernière d’un imposant restaurant de plage en béton à Villefranche-sur-Mer, celui du Restaurant Lounge Beach, Promenade des Marinières.

L’observateur ne peut que constater qu’à Golfe-Juan, Cannes, Mandelieu-La Napoule ou encore Théoule-sur-mer, ça ne bouge pas beaucoup. Le béton pèse toujours aussi lourdement sur des plages, qu’on s’efforce, autre paradoxe, de rengraisser à coup de centaines de milliers d’euros. Si l’on s’amusait à faire le total des surfaces occupées de la plus illégale façon entre Cannes à Menton, on arriverait à des chiffres impressionnants. Assez systématiquement, les contrevenants jouent la montre, comptant sur les élus, quelque soit leur bord, pour faire jouer l’exception locale, obtenir des dérogations et les convaincre de faire amender les textes.

Le décret de 2006 qui renforçait la réglementation déjà en place, avait créé une véritable révolution et bouleverser la donne. Les installations des plagistes devaient toutes pouvoir se démonter la morte saison venue, mais y a-t-il encore une morte saison ici ? Évidemment non, argumentent les professionnels qui jouent les étonnés quand, une ou plusieurs fois par an, leurs installations sont balayées par la mer avec la régularité des équinoxes.