Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

L’hôtel de Mougins : une oasis de verdure

Crédits:
textes par
images par

et de sérénité…


- Christophe Dié et Marc Sabatin -


Amis de la quiétude et du cocooning, cette information vous intéresse. Le plus discret des 4 étoiles de Mougins est aussi le plus atypique. Dans le même style que La Bastide de Saint-Tropez, bien que n’appartenant pas au même groupe hôtelier, les 5 bastides provençales d’un étage chacune entourent un parc complanté de cyprès, lavandes, citronniers, oliviers, au milieu duquel trône un frêne centenaire et une somptueuse piscine.

Depuis 17 ans, date de sa construction, l’hôtel n’a cessé de s’améliorer pour devenir aujourd’hui, grâce à un jeune directeur dynamique, Marc Sabatin et à un chef de cuisine talentueux, Christophe Dié.

Côté hôtelier, la structure est petite (51 chambres spacieuses d’au moins 22 m2 dont une suite). On est dans un hôtel de charme, réveillé par le chant des oiseaux aux senteurs et décorations provençales, à quelques tours de roue du joli village médiéval de Mougins. Marc Sabatin a pris ses fonctions au printemps dernier. Avec pour objectif de combattre la crise, il s’est attelé à donner un grand bol d’air fais à l’établissement qui doit absolument se démarquer pour réussir. Pour ce Nantais, licencié en droit à Montpellier, avant de faire un Master d’Hôtellerie, recruté par des chasseurs de tête, relever le challenge lui convenait fort bien. Il a créé des forfaits golf, découvertes du terroir, des artisans de la région, fait feu de tout bois avec les atouts de la région : tennis, mer et montagne. Ce jeune père de famille de 40 ans se sent particulièrement dans son élément, fonctionnant comme un aubergiste, omniprésent à l’accueil. Il a en plus une botte secrète : une grande expérience de la restauration qu’il partage avec son chef.

Les journées sont aussi belles que les nuits, grâce au talent de Christophe Dié, qui jongle dans sa cuisine, entre saveurs de terroir et créativité artistique. A 38 ans, il a déjà une solide expérience dans les grandes maisons (notamment Joël Robuchon et Marc Meneau). Du premier, il a pris la rigueur, du second, la pureté du travail, bases techniques auxquelles il ajoute sa patte : un feu d’artifice dans l’assiette. Au restaurant gastro, un œuf en neige, au jaune coulant sur un lit de cèpes est à ne manquer sous aucun prétexte (25 €) ainsi que les ravioles de foie gras sur velours de potiron avec un râpé de fève Tonka (20 €). La volaille de Bresse se marie au homard, dans un beurre de Montpellier accompagnée de légumes anciens (35 €), le rouget grondin est servi avec la tétragone, des coquillages au jus et de fleurs de courgettes en tempura (25 €). Les desserts à 12 € surfent entre chocolat et gingembre accompagnés d’un sorbet citron et clémentine confite, son biscuit de pistache et son cylindre de crème. On attend avec impatience l’étoile Michelin qui ne ferait que confirmer un des nouveaux espoirs de la gastronomie française. Une carte des vins bien équilibrée, complète la prestation avec en blanc et rouge, tous les vignobles français présents, et la Provence en rosé (à partir de 25 € la bouteille, vin au verre à 8 €).

Menu du Frêne à 65 €, Menu du Chef à 98 €, carte à partir de 53 €, menu enfant à 15 €. Le midi, des formules à déguster dans le jardin, tant que le temps le permet, sont proposées à 29 € (2 plats) et 35 € (3 plats), verre de vin et café compris, qui ne déméritent pas : risotto aux cèpes (12 €) en entrée, fricassée de lotte au curry (23 €) et baba au rhum (10 €) font partie des 5 entrées, 5 plats et 4 desserts proposés.

  • L’Hôtel de Mougins – 205 avenue du Golf – 06250 – Mougins – Tel : 04 92 92 17 07