Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Santé so-li-da-ri-té : les médicaments rapportés aux pharmaciens

Crédits:
textes par
Catégorie C'est notre santé

ont fait long feu. Ils finiront sur le bûcher… les malades au milieu.

Pendant des années, beaucoup d’entre nous avions pris l’habitude de rapporter à notre pharmacien, les médicaments non utilisés ou dont la date de péremption approchait. Nous avions la conviction que cela était un geste utile et solidaire, quelque par aussi écologique. Pourquoi jeter à la poubelle des molécules coûteuses alors qu’elles pouvaient encore servir à d’autres ? Nous ne nous posions pas la question de savoir comment il se faisait que, ce qui n’était plus bon pour nous, pouvait l’être encore pour les autres… les pauvres. On donnait nos vieux médicaments comme nous donnions nos vieux habits aux indigents.

Et puis, un jour nous eûmes vent que certains pharmaciens, pas le notre évidement, avaient trouvés là un bon filon pour arrondir des fins de mois à priori pourtant confortables. Ils détournaient, on ne sait trop comment, des médicaments, sans doute pas suffisamment périmés. Voilà qui fit descendre d’un cran le respect pour cette profession et l’intérêt même de la démarche.

Mais, le réflexe perdurait et beaucoup d’entre nous continuèrent parce qu’ils pensaient qu’à tout prendre, ce recyclage permettait malgré tout à toutes ces molécules de ne pas se retrouver pas lâchées sans précaution dans la nature, polluant les nappes phréatiques et les cours d’eau qui n’ont pas besoin de ça en plus… ou presque pire, de partir en fumée, brûlées dans quelques décharges ou incinérateurs aux douteuses performances.

Et bien, plus de doute maintenant et surtout plus d’alternative possible, nous apprenons aujourd’hui que tous ces médicaments collectés partiront en fumée. On nous rassure en nous promettant que ce seront des unités spécialisées qui seront chargées de les incinérer et de vérifier que chaque calorie fasse l’objet d’une "valorisation énergétique".

Personne et surtout pas les industriels de la filière mise en cause, ne nous proposent ce qui, dans un premier temps, semble une solution de… facilité : ne délivrer que le nombre de pilules, gélules et autres médecines correspondant à la prescription médicale. Cette pratique est la seule qui prévale aux USA et au Canada. Cela représente, on le comprendra aisément des économies considérables. Par les temps qui courent, on courre pour moins que ça à la recherche de solutions aussi simples à mettre en œuvre. Mais qui veut vraiment s’attaquer au lobby de la pharmacie ? Apparemment pas grand monde…

Petite anecdote… anecdotique, j’eus dans les années 70 à me soigner d’une turista persistance lorsque j’étais à Haïti. Le pharmacien de Port au Prince que je visitais me compta dans la main six ou sept comprimés : cela fera l’affaire, me dit-il. Cela le fit.

Pourquoi faire compliqué et si peu écologique alors qu’on peut faire simple et économique ? Pour faire tourner la machine… économique qui, dans ce cas là n’est guère économique… Bon, je commence à avoir mal à la tête, je crois que je vais prendre une aspirine.

Juste encore une remarque. Les prescripteurs, les distributeurs et les fabriqueurs tenaient alors tous le même langage, lorsqu’ils daignaient répondre à nos questions. De toute façon, ne vous inquiétez pas pour si peu. Vous ne payez rien après tout. Tout est pris en charge par la SS et votre mutuelle complémentaire. À quoi bon se priver. Et pour vous donnez bonne conscience, si vous ramenez les nombreuses boites non utilisées, sachez qu’elles seront recyclées dans les pays du tiers monde, tiers monde comme tiers payants…

Mais c’était faux. Il n’y a rien de gratuit dans cette opération. Nous payons, vous payez la gabegie. Les prélèvements et les cotisations augmentent sans cesse. Le temps de vaches grasses est terminé. Les vaches ont maigri, les prescriptions aussi (moins d’antibiotiques et d’antidépresseurs sont maintenant des recommandations). Tout le monde doit se serrer la ceinture, diminuer ses marges. Nous verrons qui du malade, du pharmacien, du médecin, de l’assureur, de l’Etat, de l’industriel se la serrera le plus ? Je ne sais pas si c’est un scoop mais j’ai comme l’impression que je connais la réponse…