Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Pour lutter contre la crise : les vins de Bandol,

Crédits:
textes par
images par

le nouveau millésime… en potion magique.


- de gauche à droite : Freddy Estienne (Domaine de la Laidière), Reynald Delille (Domaine de Terrebrune), Sébastien Giannini (chef de cuisine du Méridien), Michel Vidal (Domaine de Maubernard) et Michel Bronzo (Domaine de La Bastide Blanche, Président de l'association "Les Vins de Bandol -"

Les vignerons de l’appellation ont choisi le restaurant de l’hôtel Méridien à Nice pour présenter le millésime 2008. Ce choix était on ne peut plus judicieux, le jeune chef toulonnais, Sébastien Giannini, a su créer des accords mets et vins des plus réussis, avec un menu qui se déclinait très provençal : salade d’artichauts aux copeaux de parmesan, selle d’agneau de Sisteron roulée à la tapenade et thym frais accompagnée de panisse aux olives et de mini ratatouille, salade de mesclun, chèvre mariné et pain de campagne, avec en conclusion une demi sphère au chocolat de Tanzanie.

Les vins de Bandol sont célèbres pour leurs rouges, issus principalement de Mourvèdre que les vignerons associent au Grenache et Cinsault pour mettre en valeur sa puissance racée. Mais les autres couleurs présentent aussi leurs typicités. Les rosés issus des mêmes cépages sont structurés, avec une robe pâle saumonée, une grande fraîcheur parée des nuances subtiles du terroir. Les blancs sont une révélation (Clairette, Bourboulenc et Ugni Blanc) en dévoilant une attaque franche qui cède le pas à une harmonie aromatique complexe : fleurs blanches, agrumes, fruits.

Le millésime 2008 a souffert, comme les années précédentes, d’une sécheresse, mais moins importante. Entre des pluies mal venues, inégales selon les parcelles, et le mildiou, il y a eu moins de grains à vendanger, moins de moûts à vinifier, donc une légère baisse de production, mais la qualité reste excellente.

Comme chaque année depuis 27 ans, les vignerons bandolais fêtent le millésime sur le port de Bandol, le 1er dimanche de décembre. Rendez-vous est donc pris le 7 décembre pour visiter « Bandol en Gaule, à la découverte de la potion magique » de 10 à 17 heures. Cette année, en effet, le thème de la journée est de faire revivre un authentique village gaulois où les « irréductibles habitants, joyeux et truculents, inviteront les visiteurs à découvrir leurs stands : outre les vignerons, on trouvera des tonneliers, vanniers, herboristes, potiers, bardes, devins, druides…

Les festivités commenceront dès le vendredi 5, avec un dîner vigneron à 105 € au cours duquel seront dégustés les Rouges. Les Rosés et Blancs seront servis à l’apéritif. (Réservation : 04.94.90.29.59.).

Le dimanche, la fête commencera à 10 heures, avec des animations tout au long de la journée : dégustations à la Taverne des Sommeliers, avec les associations de sommeliers du Grand Sud de la France, animations à l’Espace Gourmand pour des accords mets et vins réalisés par les chefs Gui Gedda et Eric Dusfourd, séances d’initiation à la dégustation animées par l’Union des Œnologues de France, rencontres et dédicaces autour d’auteurs amoureux des vins de Bandol, avec la complicité des Editions Jeanne Laffitte…

À consommer avec modération… ce n’est pas la quantité qui apporte du plaisir, mais la qualité !

  • Comité des Vins de Bandol – Tel : 04.94.90.29.59