Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : Politiquement vôtre… octobre 2001.

Crédits:
textes par

Coup d’œil dans le rétroviseur…

-Bernard Brochand s’étonnait que certaines communes qui font depuis longtemps l’apologie de la réouverture de la ligne de chemin de fer Cannes-Grasse, soient aussi frileuses pour envisager une intercommunalité qui emprunterait le même trajet (NDLR : il devait s’agir de Mouans-Sartoux qui a l’époque, n’était pas encore l’allier objectif de la municipalité).

-Sur le même sujet, Bernard Brochand est rassurant. Il croit à la structure municipale, élément essentiel de la démocratie et défend les prérogatives des maires.

-Il n’est pas trop tard pour dresser le bilan de ce premier été, baptême du feu pour la nouvelle équipe. Car si le territoire de la commune se prête assez peu à des incendies dévastateurs, il est des sujets à traiter tout aussi brûlants.

-Le dossier de la sécurité des personnes et des biens est le principal motif d’inquiétude des habitants. Les réunions publiques en ont apporté la preuve. Les améliorations se feront au coup par coup avec la collaboration harmonieuse de la police municipale et nationale, et celle-ci semble acquise.

-C’est grâce à une réaction rapide de la mairie que la grève du ramassage des ordures (une première dont on se serait bien passé) n’eut pas de conséquences fâcheuses, a rappelé le maire. Et de profiter de la circonstance pour faire appel, une fois encore, au civisme de ses administrés. La prochaine étape, après les avertissements aux contrevenants, ce sera la sanction, affirmait-il.

-L’établissement Mc Donald, situé sur les Allées, est le premier visé et le premier sanctionné. De nombreuses fois dénoncé par les riverains pour sa façon de régler le problème des déchets induits par son activité. Une façon qui est loin d’être exemplaire, c’est le moins qu’on ait pu constater ! Un problème est intimement lié à la TVA à 5, 5 % dont bénéficient les ventes à emporter…

-Une étude sur l’évolution des tonnages d’ordures ménagères durant les cinq dernières années nous rappelle l’inquiétude légitime de l’astrophysicien écologiste Hubert Reeves : si nous n’y prenons garde la seule chose que nous laisserons en héritage à nos descendants, ce seront nos déchets !

-Chaque année en effet nous battons des records qui rendent de plus en plus difficiles à assumer en termes de coût et de logistique le ramassage et le traitement des déchets. Ainsi nous sommes passés à Cannes de 4 470 tonnes en 1996 à 6 023 tonnes cet été (2001) ! Espérons que ces chiffres mesurent, quelque part aussi, la prospérité de nos commerces !

-Les manifestations estivales ont toutes fait le plein. Le bilan est qualifié d’exceptionnel. Les nouveautés telles les « Nocturnes de la Villa Domergue » seront renouvelées sans réserve.

-Autre nouveauté, on peut visiter dans le cadre de la « Journée Verte », les serres du fleuriste municipal. Installées depuis 1980 au quartier de l’Abadie, elles s’étendent sur 8 850 m2 et abritent plus de 1500 plantes qui sont utilisées lors des manifestations cannoises, des réceptions et pour décorer divers locaux municipaux.

-Alain Viotti prépare pour la fin de l’année la fusion entre l’UPRL dont il est le président en fonction et la Confédération des Indépendants de l’Hôtellerie et de la Restauration. Il semble que tout le monde soit maintenant d’accord pour travailler la mano en la mano dans le souci d’une plus grande efficacité.

-Le contrat local de sécurité. Il devrait permettre un meilleur diagnostic de la situation et promet d’apporter des solutions concrètes. Il vient d’être signé par les représentants de la ville, de l’Etat, de la Justice, de l’Education Nationale, du Conseil Régional et du Conseil Général. À noter un programme de video-surveillance de taille et une Maison de la Justice, véritable relais entre les citoyens et le monde judiciaire. Elle devrait permettre un meilleur accès au droit, une aide aux victimes, le règlement des simples litiges et le traitement de la petite délinquance.

- article publié sur la version papier de notre magazine, en octobre 2001 -