Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Le film de l’été : les Méduses...

Camera d’or au dernier Festival de Cannes, les méduses, les vraies, occupent les rivages de la Méditerranée.

Avec des hauts et des bas, des pointes au mois de juillet, les méduses ont été des invitées indésirables, diables au paradis de nos rivages. La municipalité cannoise fut une des premières à chercher une solution pour tenter d’épargner les baigneurs des douloureuses rencontres. Elle a porté son choix sur des espaces protégés, en installant des filets sur quelques plages. Un essai qui ne sera pas forcément prolongé car le prix de ces installations est élevé et ne peut concerner qu’une très faible partie du bord de mer.

Nous avions évoqué dans un précédent article des travaux qui laissaient espérer un produit à appliquer préventivement et capable d’éviter aux nageurs les piqûres terriblement urticantes des méduses. Le laboratoire français Bioreance, nous a contacté pour nous avertir que ce produit miracle existait déjà. Commercialisé sous le nom de Medusyl, il a de beaux jours devant lui surtout si les conditions favorables à la multiplication de nos visiteuses perdurent.

Une rapide enquête auprès de quelques pharmacies cannoises a confirmé la présence de ce produit sur les étagères. Un seul pharmacien ignorait son existence, un autre le trouvait trop cher pour le proposer à sa clientèle, plusieurs autres étaient en rupture de stock. A ce jour, pas de retour négatif indiquant que le produit était inefficace.

Contacté, le PDG de Bioreance, Thierry Camboulives, nous a apporté quelques précisions. Sur la qualité du produit et le sérieux des recherches scientifiques qui ont conduit à sa mise au point. Sur son efficacité concernant les espèces de méduses les plus courantes. Il a rappelé le principe de base du produit. Enduit sur les parties du corps les plus vulnérables, il a pour objectif de tromper l’adversaire. La méduse ne reconnaît pas le nageur comme un ennemi ou une proie et passe son chemin. Chaque application permet de rester environ 40 minutes à l’abri.

En Méditerranée les méduses deviennent un véritable fléau. Des espèces nouvelles qui ont voyagé dans les ballasts des navires se plaisent dans une eau de plus en plus riche en matières organiques et dont la température augmente avec régularité. A Ibiza le problème donne le vertige aux autorités qui envisageraient d’installer, à proximité des plages, des distributeurs de ce produit « repousseur » de méduses. En Australie où certaines espèces sont mortelles, on a depuis longtemps mesuré les limites des filets qui laissent passer les méduses les plus dangereuses, souvent les plus petites… L’option crème devrait les séduire.

La petite entreprise de Thierry Camboulives a de beaux jours devant elle. La « mondialisation » de la méduse risque de faire son bonheur, sinon celui des amateurs d’eau vive qui n’auront alors comme solution que de rester sur le sable ou les galets ou d’appliquer sa crème miracle… Elle est déjà disponible dans les Antilles, la Réunion, le Maroc et sur nos rivages azuréens.

- mention : www.pariscotedazur.fr - août 2007 -
- contact, abonnement, désinscription -