Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Le non-droit de la France d'en bas,

Crédits:
textes par

et le non-droit de la France d'en haut.

Les zones de non-droit ne sont pas l'apanage des quartiers difficiles de l'Ariane ou de la Zaine. Elles touchent aussi des quartiers…résidentiels. La villa de Luc Besson n'était pas en règle, ni celle de Pierre Cardin à Théoule. De nombreuses résidences, propriétés de princes arabes, de nouveaux riches russes ou de chefs d'état africains (cherchez la différence !) ayant investis sur la Cote d'Azur, ont bénéficié d'autorisations où la complaisance avait parfois la couleur de la raison d'état.

Le dossier de la villa Pellerin est lui bien français et constitue la plus importante infraction aux règles de l'urbanisme jamais constatée. Son propriétaire en était le concepteur-réalisateur des tours de la Défense à Paris, grand pape de l'immobilier des années quatre-vingts, Christian Pellerin. Proche de François Mitterrand, il aurait obtenu un regard accommodant de la part de l'administration départementale. La directrice du service de l'équipement fut mise en cause et condamnée, son mari, lui aussi fonctionnaire à l'Equipement, avait été récupéré utilement dans la société du promoteur.

Quant à la commune d'accueil, Antibes, elle ne fut pas choisie par hasard. Elle ne pouvait être à cette époque que bienveillante. Son maire, Pierre Merli, entretenait des rapports privilégiés avec François Mitterrand, un ami de longue date, dont les liens qui, s'ils n'étaient pas politiques, étaient, dit-on, quasi familiaux. La rumeur ne se gênait pas pour envisager un scénario assez rocambolesque. Ce palais aurait été destiné à assurer une retraite paisible et confortable au président malade.

Tout à la fois gentilhommière et forteresse, l'essentiel de cette demeure de 2000 m2 était camouflé en sous-sol. Une colossale porte en bronze, enserrée dans un panneau de verre et de bronze s'ouvrait sur un couloir de 32 mètres de long sur 3 mètres de large. Au centre, une entrée de 56 m2. Une broutille si on la compare au salon de 130 m2, percé de deux baies vitrées tournées vers les îles de Lérins.

La chambre attenante de 60 m2 possédait un dressing aux dimensions d'un studio. La salle de cinéma de 80 m2 était un joyau tout en panneaux de bois précieux. Un jacuzzi bien sur, desservi par un couloir de douze mètres, agrémenté de saunas et vestiaires individuels. Il débouchait sur un bloc de marbre octogonal où aurait bouillonné une eau turquoise, trônant au milieu de 50 m2 de pierres polies et de marbre du plus bel effet. La vue sur la baie des Milliardaires, tous chefs d'entreprises ou d'états venus de Russie, d'Afrique ou d'ailleurs … était féerique.

Que dire des deux cuisines, du local technique, véritable usine à gaz souterraine de trente mètres de long, que dire de la bibliothèque aux boiseries en loupe d'orme ? Passons aux six écrans et au central informatisé, à la niche, abritant deux Mâtins de Naples, avec ouverture commandée à distance, au câble d'alarme dissimulé dans les buissons qui veillaient à la quiétude des lieux…

La justice est passée. Elle n'a pas épargné cette fois certains Français d'en haut. Il ne reste plus à la pointe du Cap d'Antibes que des gravas et un rêve inachevé.

Pour la petite histoire, ajoutons que la villa Pellerin aurait bien pu ne pas se situer à Antibes. Le gendre de Pellerin, Claude Muller possédait une agence immobilière sur la Croisette. Il entretenait d'excellents rapports avec le maire de l'époque, Michel Mouillot. Avec lui, il aurait préparé un projet d'envergure qui concernait la seule propriété privée sur l'île Sainte-Marguerite. L'accueil de l'illustre retraité fut, paraît-il, un instant envisagé.