Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

24 heures chrono : l'outil dont rêvait Jacques Chirac,

France 24 sera-telle aussi la Voix de son Maître ?

Crédits:
textes par
Catégorie Les paradoxales

Jacques Chirac, peu de temps après sa réélection en 2001, avait lancé l'idée d'une chaîne de télévision, sorte de CCN à la française. Il missionne le maire de Cannes, ex-publiciste qui a gardé son intérêt pour la chose, de travailler sur ce projet.

Aussitôt dit, aussitôt fait, Bernard Brochand, lui présente son rapport dans lequel il préconise une association à parts égales entre France Télévisions et TF1. le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, aux ordres, annonce bientôt la création de la Chaîne française d’information internationale baptisée dans un premier temps CFII.

Mais le projet fait des vagues. Cette association entre le privée et le public apparaît pour certains comme étant contre nature. Patrick de Carolis en personne, réclame d'abord une chaîne 100 % publique. Qu'à cela ne tienne ! Après quatre ans, la chaîne est maintenant une réalité. Elle a déjà commencé à émettre sur le web et, dès ce soir, sera visible sur le câble et le satellite. Elle a prit depuis août dernier le nom de France 24.

Lors de l'inauguration, le président Chirac a répondu à une interview improvisée. Il s'est défendu d'avoir voulu faire de cette nouvelle chaîne de télévision, une orientation politique. Pas question d'exercer de quelconques pressions quand à son contenu, ajoutait-il. La voix de la France, simplement et de façon totalement indépendante. Qui veut le croire ? Le public est-il si naïf ? Serait-il bon, d'ailleurs qu'une telle chaîne puisse exister sans aucun contrôle alors que chaque mot et chaque image diffusées seront décortiqués aux quatre bouts de la planète ?

L'objectif avoué est, ne l'oublions pas de porter haut et fort la francophonie et de défendre la place de la France face à l'omniprésence et l'omni-puissance de l'anglais et maintenant de l'arabe. France 24 devrait être l'instrument de cette "guerre" mondiale de l'image et du message. Pourra-telle y parvenir avec un budget aussi modeste ? Le financement public pour 2007 est de l'ordre de 86 millions d'euros : "ridicule" articulent les spécialistes qui ne manquent pas de les comparés aux sommes faramineuses investies par des concurrents comme la BBC ou Al-Jariza. Il y a fort à prévoir que d'importantes rallonges seront nécessaires d'ici quelques mois…juste après les présidentielles…

Il est curieux de noter l'absence de Bernard Brochand aux côtés du chef de l'Etat lors de l'inauguration des locaux de France 24. Plusieurs médias dont Le Monde, en oublient même que Bernard Brochand fut le "maillon" fort du projet. De là à supputer l'existence d'un refroidissement entre le président et B. Brochand qui a pris fait et cause pour Nicolas sarkozy , il n'y a qu'un pas…

Plus près de nous, le site Rivierabiz.com, de notre confrère Jean-Pierre Largillet, lui laisse pourtant le dernier mot :

"Aujourd’hui, par la mise en œuvre d’une telle association, la France démontre sa capacité au changement, au renoncement à certaines idées reçues, à la modernité et se donne concrètement les moyens de compter, aussi, par l’image, dans le concert des nations"…