Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Pas de fumée sans feu, pas de cigarette sans tabac.

le cow-boy met le grappin sur l'Afrique.

Crédits:
textes par
Catégorie C'est notre santé

Chez nous, le prix du tabac augmente tandis que la consommation diminue. Bonne affaire pour la santé publique mais mauvaise pour les buralistes. De leur côté les cultivateurs râlent et les cigaretiers s'inquiètent.

Altadis, groupe franco-espagnol, né du rapprochement de la Seita et de Tabacalera, est le leader de l'industrie européenne du tabac et de la distribution. Il est aussi le numéro un mondial dans le domaine des cigares et l'un des principaux acteurs d'Europe du Sud dans la distribution de proximité. Mais les faits sont là. En Europe les législations sont de plus en plus dissuasives pour les consommateurs. Qu'à cela ne tienne ! Bien que discrète, la pratique du dumping est chose courante. Si c'est interdit ici, c'est autorisé ailleurs. Allons faire un tour au Maroc, porte d'une Afrique déjà bien enfumée. Et ça marche ! Altadis a annoncé une progression des ventes de cigarettes au Maroc de 18 %, au cours des 9 premiers mois de 2006. Cela tombe à point et compense les pertes enregistrées en Europe.

Le Parlement marocain avait fait voter, bien avant la France ou l'Italie, une loi interdisant de fumer dans les lieux publics. Force est de constater que cette loi n'est pas appliquée et qu'au contraire, la cigarette fait partie d'un mode de vie. Si le cow-boy Marlboro n'est pas à l'affiche dans les rues de Rabat ou de Marrakech, c'est du kif-kif … On fume, on fume, y compris dans les administrations où les fonctionnaires reçoivent le public, une cigarette à la bouche, sans la moindre gêne.

Pourtant la fumée tue, même en Afrique, même au Maroc ! Et le corps médical ne peut que constater l'augmentation des maladies respiratoires et des cancers liés au tabagisme. En France comme au Maroc, le cancer du poumon est l'apanage des fumeurs. On le sait, cigaretiers en tête, mais on n'y croit pas. Enfin, c'est ce qu'on peut penser devant ce refus de faire simplement appliquer une loi anti-tabac qui existe.

Mais les affaires sont les affaires et le groupe Altatis compte bien que ses efforts de développement en dehors de la zone européenne permettront de garantir à ses actionnaires une croissance à deux chiffres. Ils s'en réjouissent déjà !