Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

C'est notre santé,

demain on lave plus propre.

Crédits:
textes par
Catégorie C'est notre santé

Le cow-boy à l'amende. Le géant américain de la cigarette, R. J. Reynolds, a été condamné par un tribunal de Californie à une amende de 20 millions de dollars pour avoir illégalement diffusé des publicités dans des magazines largement lus par des jeunes de moins de 17 ans. Elle fait suite à celle de 15 millions de dollars pour avoir tout aussi illégalement distribué des paquets de cigarettes gratuits lors d'évènements auxquels assistaient des mineurs. "Le fait que vous vous en preniez à des enfants dans votre recherche de nouveaux consommateurs est illégal, honteux et ne sera pas toléré " a indiqué le juge, M. Lockyer. En entreprise désireuse de protéger sa prospérité et son avenir, Reynolds Tobacco Company expliquait dès 1984 que le renouvèlement du marché découlait presque entièrement des fumeurs de 18 ans et moins. La Seita affirme, elle, qu'"il n'y a pas d'action particulièrement ciblée en direction des jeunes. Les décorations des paquets correspondent à un phénomène de mode et non à un teasing ". Même si la situation s'est améliorée pour les non-fumeurs en France, il y a encore beaucoup à faire. Cafés, restaurants et entreprises ont encore beaucoup de mal à intégrer les contraintes liées à l'application de la loi.

Dépenses-recettes. D’après le chercheur Mathis Wackernagel, la demande humaine excède la capacité de renouvèlement de la planète. L’homme, d'après lui, n’utilisait que 70% de cette ressource en 1961, contre 120% en 1999. Cela signifie qu’il faudrait à la Terre au moins un an et trois mois pour reconstituer ce que les hommes ont utilisé en une année. Si rien n'est entrepris pour mieux gérer les ressources de la planète bleue, il nous faudra nous habituer à vivre avec moins. Adieu la société de consommation, son confort et notre pratique du gaspillage. Il faudra revenir au concept de la croissance zéro et découvrir la croissance au dessous-zéro…

Propreté. On a plutôt tendance à l'oublier, pour rendre propre, il faut polluer. Pour que nos vêtements soient impeccables, les nettoyeurs utilisent des produits nocifs et produisent des résidus, les boues. Jusqu'à aujourd'hui, environ 60 % de ces déchets étaient rejetés dans la nature. Certains professionnels en ont pris conscience et, à travers leur syndicat, organisent une opération de sensibilisation. Ils proposent à leurs adhérents une charte de propreté qui ne pourra avoir que des effets bénéfiques sur notre environnement et ne manquera pas d'être un atout commercial. Contact : CNAMS 06 au 04.93.07.38.60.

L'eau. La Lyonnaise des Eaux est assez fière de la qualité des 220 000 mètres cubes d'eau distribués chaque jour dans la région Grasse-Cannes en été. Mais on n'est pas sûr, ici et ailleurs, que soient vraiment respectés les périmètres de protection des captages d'eau, sources et puits. Il est toujours aussi difficile de concilier l'intérêt écologique et les intérêts agricoles et immobiliers.

Consommation. Comme nous le disions plus haut, pour être propre, il faut salir. Pour laver la vaisselle à la main, il faut au moins 10 litres d'eau ; pour le linge, entre 70 et 150 litres par machine. Si pour une douche, 60 litres au moins sont nécessaires, un bain en demande au minimum 150. Pour un petit pipi, il faut compter 5 litres. Ne parlons pas des pelouses ni des piscines.