Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Menton : le 62ème Festival annonce la Musique...

Pour son directeur, Jean Marie Tomasi, c’est une « alchimie… »

Crédits:
autre

« Concevoir le programme du Festival de Menton n’est pas, à priori, une entreprise très compliquée. Il suffit de se replacer dans les sillons tracés par son fondateur il y a plus de 60 ans tout en respectant quelques principes qui ont fait sa réputation en France comme à l’étranger :

Servir le grand répertoire avec les plus grands interprètes et les meilleurs orchestres.

Encourager les rencontres inter-générations. C’est en effet de cette confrontation que naît l’évènement dont se nourrissent les spectateurs.

Offrir un tremplin à la jeune génération pleine de grands talents que l’on ne programme pas parce qu’ils sont inconnus et restent inconnus parce qu’ils ne peuvent pas jouer.

Satisfaire la curiosité d’un public de plus en plus friand de nouveautés en abordant un répertoire trop souvent délaissé.

Enfin, faire en sorte que les mentonnais résidents, de souche ou d’adoption s’approprient leur Festival et ressentent pour ce vénérable sexagénaire la même forme d’attachement que pour ce lieu à l’ombre du Campanin qui l’accueille depuis plus de six décennies.

Il suffirait donc d’appliquer « ces quelques recettes » pour réussir un bon Festival ? Trop facile. En dix ans tout a changé : un public nouveau est apparu, plus vaste, plus exigeant et sollicité tout au long de l’année par des manifestations musicales de très grande qualité.

Pour l’intéresser, et le fidéliser, il faut capter et retenir son attention pendant toute la durée de la manifestation et surtout dans la période troublée que nous traversons, faire de chaque concert un moment de détente et de paix.

En un mot s’en remettre à cette « alchimie » qui transforme une tranche de vie en un moment de pur bonheur et une succession de concerts en Festival. C’est ce que nous avons tenté de faire pour cette 62ème édition du Festival de Menton que nous vous présentons aujourd’hui. »

Jean Marie Tomasi