Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

La Présidentielle : le choix des marchés financiers…

Catégorie Les paradoxales

Sandy Campart répond à la question : qu’attendre de l’évolution des marchés financiers au lendemain des résultats des élections ?


Une consolidation positive si Emmanuel Macron est élu, une déflagration si Marine Le Pen l’emporte.

« Les marchés boursiers anticipent actuellement à 90% la victoire d’Emmanuel Macron au second tour. Sa victoire au 1er tour a déjà eu un impact positif sur les taux d’intérêt souverains, les primes des CDS, l’euro et les actions. Sa victoire au second tour consoliderait positivement ces évolutions. A contrario, la victoire de Marine Le Pen entraînerait de sévères corrections sur tous les compartiments au premier rang desquels :

    - le différentiel entre les taux français et les taux allemands pourrait s’envoler. Il atteint actuellement les 50 points de base (0,5%) à 10 ans.

    - la période d’incertitude qu’ouvrirait l’élection de Marine Le Pen, pourrait faire plonger l’euro. D’un niveau plus élevé que la livre sterling qui a chuté de 15% par rapport au dollar depuis le Brexit ?

    - les primes des CDS (instruments de couverture de la défaillance de la France) pourraient atteindre des niveaux record, les problématiques de déficit budgétaire et de dette publique étant ignorées par la candidate du Front National.

Pour les consommateurs et épargnants, l’évolution des marchés ne sera pas sans conséquences. Les ménages subiront le renchérissement de tous les biens et services qu’ils consommeront et les taux d’intérêt mécaniquement s’enflammeront au détriment des emprunteurs (crédits à la consommation et immobiliers). Le patrimoine immobilier, qui constitue souvent l’unique richesse des français, verra sa valeur fondre au même titre que les portefeuilles actions et obligataires contenus dans les enveloppes d’assurance-vie. L’effet ricochet ? La fuite de l’épargne vers des actifs jugés surs à l’international pour ceux qui le peuvent, une spirale de défiance alors difficile à contrarier. »



Sandy Campart
Enseignant chercheur, auteur,
Directeur de l'IUP Banque Finance Assurance, IAE Caen