Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : 100 eaux-fortes de Picasso exposées à la Malmaison...

La présentation de « La Suite Vollard » au grand public est une occasion exceptionnelle de relier le Maître catalan à son galeriste Amboise Vollard. Découvreur de Cezanne et protecteur/mécène de nombreux artistes comme Matisse, Renoir, Rouault ou Bonnard, il était aussi écrivain, éditeur d’art, esthète et collectionneur.


- Pablo Picasso - Homme dévoilant une femme - Boisgeloup et/ou Paris, 20 juin 1931 - Pointe-sèche sur cuivre. IIème état - Épreuve d’essai tirée par Lacourière en 1937, Musée national Picasso-Paris - Don, 1982. MP1982- 64 © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Thierry Le Mage © Succession Picasso - Gestion droits d’auteur -


La première rencontre du galeriste avec Picasso remonte à 1901. Amboise Vollard la relate dan son livre « Souvenir d’un marchand de tableaux » qui foisonne d’anecdotes savoureuses et révélatrices . On y apprend notamment que, recommandé par un ami, Picasso, alors âgé de 19 ans lui apporta une... centaine de tableaux. Exposés, il n’eurent aucun sucés. Ce qui ne le dissuada pas le galeriste de saluer ce « jeune espagnol qui, d’un seul regard dénuda cette idole très habillée qu’on appelle l’Art »… Ce qui ne l’empêcha pas non plus de publier en 1913 une suite de 14 eaux-fortes et pointes sèches ayant pour thème les Saltimbanques. Les deux hommes devaient aussi collaborer à la publication illustrée de l’ouvrage « Le chef-d’œuvre inconnu » de Balzac en 1931. Un accident de voiture mortel en 1939 ne devait pas lui permettre cette fois de réaliser d’autres projets liés à l’artiste catalan.


C’est donc avec un grand intérêt qu’on attend l’exposition des œuvres gravées de Pablo Picasso intitulée « La Suite Vollard » au Centre d’Art la Malmaison et préparée par son conservateur Frédèric Ballester. Elle se tiendra du 17 novembre 2017 au 29 avril 2018. Ces eaux-fortes réalisées entre 1930 et 1937 constituent un pan incontournable de son œuvre.


Très peu de musées internationaux possèdent une série complète de ces gravures. Elle est seulement conservée dans les collections de la National Gallery de Washington, du British Museum de Londres, du MOMA de New York et du Musée national Picasso de Paris qui prête les œuvres présentées à Cannes. Ce dernier possède en effet l’ensemble des bons à tirer signés et imprimés dans la période de la réalisation grâce à la donation, en 1982, de Madeleine Lacourière, veuve du maître imprimeur Roger Lacourière avec lequel Picasso organisera la Suite Vollard.



- Brassaï – Ambroise Vollard dans son bureau avec son chat – Paris 1934 – Épreuve gélatino-argentique – collection particulière © RMN – Grand Palais / Michel Bellot © Estate Brassaï – RMN – Grand Palais -


Le projet de « la Suite Vollard » est postérieur, cependant la disparition prématurée de l’éditeur laisse une zone d’ombre autour de la finalité qu’Ambroise Vollard souhaitait pour les 100 œuvres réalisées par Picasso. Il semble qu’une partie ait été destinée à illustrer un texte du poète André Suarès.

Dans la continuité des grandes œuvres gravées de Rembrandt au 17ème siècle, l’œuvre gravée de Picasso est l’une des plus puissantes que retient l’histoire de la gravure, par sa richesse expressive et inventive. Extraire un thème commun des 100 gravures est complexe, cependant on y trouve des sujets chers à l’œuvre de Picasso : la relation entre l’artiste et son modèle, le lien entre l’artiste et la création. C’est aussi dans la Suite Vollard que le Minotaure fait son apparition.

La Suite Vollard achève de la plus belle des manières un cycle consacré à la gravure par le service municipal du Centre d’art la Malmaison, long de seize années et fort de dix expositions à Cannes.


 Centre d’Art la Malmaison
47 La Croisette - Cannes 
du lundi au dimanche de 10 à 13 h et de 14 à 18 h
Entrée 10 € - Catalogue 28 €
tel. 04 97 06 45 21