Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes Archives : politiquement vôtre...

Crédits:
textes par

- publié en juin 2001 sur le magazine papier Paris-Côte d'Azur -

* Le 13ème homme. Devant l’ampleur des contentieux auxquels la ville doit faire face, le maire a choisi de faire nommer un nouvel adjoint en la personne de Me Christophe Santelli-Estrany. Déjà conseiller subdélégué aux affaires juridiques et à la gestion du patrimoine, il aura du pain sur la planche d’autant qu’il est très présent dans les différents syndicats intercommunaux : le Siplop, la fourrière, le Sicasil, le Sivades, celui de la Siagne, de l’étude et de l’assainissement de l’agglomération cannoise… Il a toute l’énergie d’un homme de 33 ans, habitué à plaider. Le maire le « compte parmi les jeunes talents de Cannes ».

* Cannes plus net ? La ville est sur le net depuis déjà plusieurs années et le maire, convaincu de son intérêt, a pu se féliciter de l’efficacité des résultats obtenus. Avec l’ambition d’en faire un élément privilégié de communication vers l’international, sans négliger pour autant l’utilisateur local. Ainsi on retrouvera sur le site cannes-on-line.com, les permanences des élus à la Bocca, les comptes-rendus des séances de travail du conseil municipal et, très utiles pour les administrés, des renseignements sur toutes les facettes de la vie au quotidien, démarches administratives, taxes, transports, urbanisme, enseignement, affaires électorales … en attendant le trombinoscope officiel des élus, la rubrique économique, l’emploi… et plus particulièrement pour le visiteur étranger, la mise en ligne d’images vidéo à partir de caméras situées sur des lieux stratégiques et remarquables. Nul ne sera étonné d’apprendre que sur les 157 000 pages visitées tous les mois par les internautes, 53  % le sont par des Américains du nord, grands amateurs de ce nouveau moyen de communication.

* Carré d’as. Le cabinet du maire est d’ors et déjà composé par M. Taddei, Alexandra Gahou, Daniel Alessio et Michel Blachère. On attend un cinquième mousquetaire.

* Si Bernard Brochand est installé pour 6 ans aux commandes de la mairie, il lui faudra solliciter les électeurs l’année prochaine lors du renouvellement des membres de l’Assemblée Nationale. La rumeur qui circule en ville c’est que Michel Mouillot, en principe éligible à nouveau dès janvier prochain, ferait à cette occasion, sa rentrée. Amusé, il se garde de démentir. Mais c’est surtout de ses affaires personnelles plutôt que de celles de Cannes dont il s’occupe maintenant. De rappeler qu’il est empêché depuis cinq ans de quitter le pays, bien que toujours non jugé, ce qui est tout à fait exceptionnel dans les annales de la justice. Et de confier son désir d’écrire un livre sur l’enfermement.

* L’intervention de Richard Chiche, président du comité directeur de la section professionnelle de l’ASC, n’a guère été appréciée par le maire. Ni la couverture qu’en a faite Nice Matin. Il craignait qu’elle ne vienne brouiller un peu plus la situation et décourage les partenaires éventuels de s’engager. Il a indiqué qu’il n’était pas question pour la ville d’injecter chaque année les 30 millions qui sont actuellement nécessaires à la survie du club. De rappeler que l’organisation en SEM était la seule qui perdurait en France et que toute solution passerait par l’entrée de capitaux privés.

Pour R.Chique toutes les « solutions internes » n’ont pas été explorées. Si elles existent vraiment, oserons nous commenter, « on le saurait déjà » !

- Un brin d’histoire :

« En 1922, alors que l’ASC devait se développer, un terrain disposant de tous les aménagements était devenu nécessaire. C’est alors que le désintéressement et le dévouement de M. Joseph Campana qui, avec M. Charles Ricci, firent à la ville l’avance des fonds nécessaires à l’achat du terrain des Hespérides qui représente aujourd’hui une des propriétés merveilleuses de la ville de Cannes et, dont le sol, fait de ce stade, un des plus beaux de France ». C’est ainsi que le quotidien local rendait compte de l’initiative de ces deux notables et que, quelques années plus tard M. Joseph Campana recevait la médaille d’or de l’Éducation Physique.

Alors que l’ASC vit des moments difficiles, cette péripétie pourrait donner des idées à ceux qui cherchent des « solutions internes »…

* Attentif à la vie de la cité, un de nos lecteurs, est l’auteur d’une suggestion qui mérite attention. Il constate les dégâts causés par les camions qui envahissent les abords du palais à l’occasion des festivals et congrès. Ainsi que toutes les autres contraintes liées à leurs déplacements en ville. Il propose de les stationner sur le lieu des anciens Chantiers navals de La Bocca. Et de transporter le matériel par voie maritime jusqu’aux pieds du Palais. Avec un aménagement judicieux, cela ne devrait pas être trop compliqué.

* En renouant avec la tradition du déjeuner offert à la presse internationale, le maire a marquer un point. Sous les platanes de la Caste, accueilli par les fifres et les tambourins de l'Académie Provençale, les journalistes furent reçus avec tous les égards, dans un site propre à marquer leur mémoire. L’aïoli et le vin rosé aidant, les langues se délièrent. Nos voisins, des journalistes autrichiens du plus grand quotidien viennois, nous avouèrent qu'en cinq ans, ils n'avaient jamais été invités à quoi que ce soit par la ville. Et de repartir avec un petit souvenir, une petite bouteille d'une huile d'olive d'Opio, ambassadrice de soleil. Les membres du jury sont venus rejoindre les participants, en toute simplicité et sans maquillage.