Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Petites pensées pour aider

à être... mieux.

Crédits:
textes par

- tirées des archives de 1981 -


  • Avec les qualités et les défauts qui sont dans leur caractère, les hommes sont plus ou moins bons ou mauvais, sans que cela soit vraiment de leur faute. Mais certains témoignent de leur désir de se rendre meilleur, et c'est en cela que tient la différence.


  • C'est un dangereuse illusion de croire et de faire croire que les hommes naissent tous libres et égaux en droits. L'actualité nous prouve tous les jours le contraire…

  • Partir d'un principe nous conduit presque toujours dans une impasse sauf s'il s'agit d'Archimède.

  • Nous somme faits pour le bonheur. La preuve, c'est que nous savons à peine quand tout va bien et que nous récriminons au moindre mal.

  • À partir du moment où nous naissons, il s'agit avant tout de survivre.

  • De la relativité de la liberté : enfants nous dépendons de nos parents, plus tard des professeurs, des gradés, des chefs de services, des patrons… Malade, nous somme à la merci des médecins, citoyen des lois et des caprices de nos élus…

  • S'examiner, s'analyser, se livrer à l'observation de soi, n'est pas forcement de l’égoïsme. « Connais-toi toi-même ! » disait le philosophe…

  • Dans une civilisation qui comporte tant d’interdits et tant de contraintes, où le terme obligatoire est si souvent employé, où tant d'activités sont impossibles sans permis, où nous sommes à la fois pris en charge par l’État et une charge pour lui,… les limites de la liberté peuvent paraître… étriquées.

  • C'est avec ses yeux que l'on regarde et s'aperçoit. C'est avec l'esprit que l'on voit.

  • Nous confondons souvent vitesse et précipitation, plaisir et bonheur, confort et bien-être, amour, besoin et désir… Notre audace n'est souvent que de l'inconscience, notre résignation une forme de lâcheté, notre persévérance de l’entêtement…

  • Être lucide c'est distinguer clairement ce qui nous anime, c'est dissiper sans cesse les brumes qui nous enveloppe, c'est ne pas prendre le semblant pour le vrai… Un travail sur soi qui en vaut la peine.

  • Le propre des « privilégiés », c'est de ne pas savoir à quel point ils le sont. D'où l'expression : prendre les chose comme si elles nous étaient dues.

  • Il avait tort et je n'avais pas raison. Cela arrive lorsque nous manquons d'objectivité et que nous mettons trop d'émotions dans le débat.

  • Ce n'est pas de notre situation dont nous devons nous plaindre, mais de notre nature.

  • L'absence de souffrance ne nous procure qu'une mince satisfaction tandis qu'une souffrance qui cesse nous cause un indicible soulagement.

  • Le moindre souci nous fait oublier notre état de confort. De même, nous ne prenons conscience de la valeur de nos biens qu'en les perdant.

  • Il n'y a pas de liberté sans volonté. On ne résiste pas aux contraintes extérieures qu’en s’imposant ses propres contraintes.

  • Il n'est peut-être pas nécessaire d'espérer pour entreprendre mais il n'est pas inutile de s'appliquer pour réussir.