Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : Philippe Tabarot joue l'apaisement

et n'ira pas aux " Départementales" de mars.

Conseiller général sortant, Philippe Tabarot explique, dans un Communiqué de Presse, les raisons de son choix :


"En 14 années comme Conseiller général de Cannes centre et de la Bocca, élu en 2001 et réélu en 2008, je me suis toujours investi avec passion au service de mon canton, de ses habitants et du Vieux port que j’ai présidé. J’ai mis toute mon énergie dans mes différentes responsabilités pour l’aide à la vie associative, l’éducation et en tant que Vice-président en charge de l’action sociale durant 8 ans : les personnes âgées, le handicap et la protection de l’enfance.

Au regard de ces éléments, j’aurais eu toute légitimité à me présenter aux élections départementales de mars prochain dans le canton de Cannes 1, partagé entre Cannes et Le Cannet.

Pourtant, je n’ai jamais fait acte de candidature et ce pour deux raisons.

D’abord parce le contexte national actuel est difficile pour la famille politique à laquelle j’appartiens depuis sa création. Les évènements récents et notamment l’élection législative du Doubs, montrent plus que jamais la nécessité d’unité de la droite pour préserver ses chances de l’emporter.

J’étais probablement l’un des mieux placés pour conserver ce canton dans la majorité départementale mais je devais tenir compte du fait qu’il y a déjà deux candidatures de droite déclarées et un vrai risque de dispersion des voix préjudiciable à l’UMP.

Le choix de ne pas me présenter a été difficile mais il est en cohérence avec mes convictions profondes. J’avais pris la même décision en 2012, en n’étant pas candidat aux élections législatives face à Bernard BROCHAND parce que l’UMP était fragilisée par la défaite à l’élection présidentielle.

L’autre raison de ma décision c’est que j’ai voulu laisser une chance à un possible accord permettant d’apaiser la situation politique dans les Alpes-Maritimes.

De fait, les discussions qui ont eu lieu au niveau local ou national n’ont jamais portées sur mon éventuelle investiture sur le canton de Cannes 1 mais bien sur la recherche d’un consensus qui aurait été exclu si j’avais fait tout autre choix.

Personne ne m’a dicté ma conduite et j’ai adopté depuis l’origine la seule attitude responsable qui préserve notre famille politique et permet d’apaiser le climat politique local comme le veulent nos électeurs. Cette démarche constructive a également permis de faire enfin respecter la légitimité de mon ami Patrick TAMBAY dans son canton et j’en suis très heureux.

Pour ma part je continuerai bien évidemment à défendre mes convictions et mes valeurs dans mes engagements politiques actuels et futurs."