Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Politiquement Nice

et Côte d’Azur aussi...

Olivier Bettati, Conseiller général des Alpes-Maritimes et Conseiller municipal de la ville de Nice et longtemps membre de la majorité UMP de Christian Estrosi prend un peu plus ses distances... Il nous dit tout haut ce que tout le microcosme niçois sait déjà mais se garde bien de dire.


Dans un communiqué de presse, Olivier Bettati met les pieds dans le plat et dénonce quelques incohérences dont les politiques ont le secret. Il met en cause les règlements de compte entre amis de toujours. Décodage grandeur nature. Extraits... savoureux :

- A quelques jours de la clôture du dépôt des candidatures, j’ai pris la décision de ne pas me représenter aux élections départementales....  Il est ubuesque d’être candidat dans une collectivité qui est vouée à disparaître.

Avant de disparaître, le Conseil Départemental va pourtant connaître une révolution de Palais. J’ai trop de respect pour cette institution et ses fonctionnaires pour assister de si près au « petit meurtre entre amis » qui va se jouer là-bas.

En effet, quand Christian Estrosi explique dans l’émission La Voix est Libre sur France 3 que l’UMP choisira fin février un candidat pour être tête de liste aux élections régionales même si celui-ci n’était pas formellement candidat, Il faut entendre : « Au-delà des embrassades et des déclarations enflammées, je pousse Ciotti vers la sortie en l’envoyant à Marseille et j’installe ma femme à la Présidence du Conseil général. »

Premièrement, il s’agit pour lui de ponctionner, par procuration, le peu d’argent qu’il reste au département pour financer les travaux pharaoniques de la ville de Nice. Deuxièmement, au vue des dramatiques événements survenus dans notre pays et à Nice, il est désormais urgent pour le couple Estrosi d’éloigner Madame des orages qui s’annoncent au dessus de sa délégation à la Politique de la ville.

Nice a le triste privilège d’avoir à la fois des jeunes partis faire le djihad et d’être la seule ville de France où d’autres agressent des militaires. Qu’il me soit permis de rappeler qu’il s’agit là du résultat de la politique de la ville menée par Madame Estrosi. En effet, elle règne sans partage sur ces quartiers difficiles depuis que Jacques Peyrat l’a nommée à ce poste il y a dix ans.

Ne cherchez pas pourquoi Monsieur Estrosi m’a refusé sèchement l’audit que j’ai réclamé sur les résultats réels des milliards d’euros d’argent public confiés à Madame Estrosi pour organiser le fameux « vivre ensemble ».

Eu égard aux résultats que l’on découvre aujourd’hui, il est urgent de créer une agitation médiatique positive dont je connais déjà la trame finale:  « c’est dans les Alpes-Maritimes qu’une femme devient, pour la première fois, Présidente d’un Conseil Départemental… »

De son côté, Éric Ciotti n’a d’ailleurs pas tardé à réagir. Dès le lendemain, dans l’Opinion, un journal qui n’est lu qu’à Paris, on ne sait jamais, il déclare : « Christian Estrosi a toutes les qualités pour être notre tête de liste en PACA ». Comprenez : « je ne vais pas me laisser assassiner ou forcer la main. Je me fous de leurs problèmes de cumuler tous les mandats, Estrosi n’a qu’à laisser son fauteuil de Maire à sa femme…»

CQFD !

 Olivier Bettati