Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Les aéroports français privatisés.

L’Etat cède peu à peu ses parts.

Crédits:
textes par

Après l’aéroport de Toulouse, c’est maintenant à celui de Lyon de pénétrer un peu plus dans le giron du privé. Les Chinois n’ont acquis que 49,99 % des actions mais c’est amplement suffisant pour provoquer le blocage des décisions lors d’une AG, non ?


À Nice, on serre les fesses. Le député-maire de la Métropole niçoise, Christian Estrosi, au cours d’une conférence de presse, manifesté son inquiétude quant à la perte de contrôle de cet outil de travail essentiel à tout le département ; porte d’entrée privilégiée accueillant la majorité des visiteurs venus assister ou participer aux grands événements qui se déroulent entre Cannes et Menton, sans oublier la Principauté de Monaco.

« Je suis opposé à ce que la puissance publique perde le contrôle de l’aéroport Nice Côte d’Azur, qui est un outil d’aménagement, au centre de l’Opération d’Intérêt National de la Plaine du Var Eco-Vallée, et le cœur de l’attractivité du territoire, tant sur le plan du tourisme que sur le plan industriel. L’ouverture du capital présente des dangers si elle fait perdre le contrôle à la puissance publique : le développement de la plateforme, les dessertes, le choix des destinations et des compagnies, la qualité de l’accueil des visiteurs, l’articulation avec la dynamique du territoire ne doivent en aucun passer aux mains d’investisseurs dont la maximisation du profit serait la seule motivation. »

En effet, jusque-là, « Aéroports de la Côte d’Azur » était entièrement détenu par des fonds public (l’Etat (60%), la Chambre de commerce et de l’industrie de Nice Côte d’Azur (25%), la Région Provence Alpes Côte d’Azur (5%), le Département des Alpes Maritimes (5%) et la Métropole Nice Côte d’Azur (5%). et qui de plus rapporte - c’est là un des ses moindres défauts... 7 millions € par an aux actionnaires, soit 340 000  € à la Métropole Nice Côte d’Azur.

Christian Estrosi ne souhaite pas que des fonds spéculatifs à durée de vie limitée puissent prendre possession de l’aéroport Nice Côte d’Azur. À l’inverse, il souhaite que les actionnaires publics gardent l’autorité et la gestion de la plateforme, pour continuer à garantir les missions de service public. Il déposera ainsi endements pour limiter la... casse et surtout envisage de consulter les Niçois sur ce dossier sensible. Un mini référendum qui ne dit pas son nom mais légitimé par l’article L1112-15 du CGCT : « Les électeurs d'une collectivité territoriale peuvent être consultés sur les décisions que les autorités de cette collectivité envisagent de prendre pour régler les affaires relevant de la compétence de celle-ci ». Une consultation citoyenne pour répondre à une unique question : « Êtes-vous pour la privatisation de l’aéroport Nice Côte d‘Azur ? » Le vote sera électronique et quelques bureaux de votes ouverts pour la circonstance.

NDLR : ce n’est pas le moindre des paradoxes que de voir des politiciens de droite et des chefs d’entreprise qui surfent sur le libéralisme vanter les avantages de la collectivisation. Comme de constater que ce sont leurs homologues de gauche qui se débarrassent de bijoux de famille au bénéfice de fonds de spéculation...