Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : le Grand Hôtel

fêtait ses 50 ans... de renouveau.

Crédits:



Son directeur, Hugues Raybaud, était là pour faire brièvement l’historique de cet hôtel***** de la Croisette et de sa reconstruction totale en 1963. Un hommage à son créateur, Gérard Veyrac, qui avec Paul Augier, figure mythique de l’hôtellerie azuréenne, racheta en 1958 à la famille Crawford, le Grand Hôtel. Celui-là même, sorti de terre en 1863 et qu’il faut donc considérer comme le plus ancien Palace de la cité qui devint celle du Festival du film et des Congrès.

Signe que les Dieux étaient partants pour l’aventure, la météo capricieuse de la fin de l’été épargna cette soirée anniversaire qui s’est révélée être l’une des plus réussies et des plus somptueuses de la saison cannoise. Son feu d’artifice à faire pâlir le Festival pyrotechnique lui-même, clôtura de la plus magistrale façon la soirée, au grand plaisir des touristes de passage qui profitèrent du spectacle, pour eux imprévu... Mais les 700 invités avaient déjà eu le loisir de bénéficier de toutes les animations prévues à leur intention.

- dans les jardins, place à la féérie des animations...

Dans le vaste parc arboré de l’hôtel, face à la mer, se succédèrent ainsi les interventions de violonistes et chanteurs, tandis les stands culinaires, approvisionnés par les cuisines de maître Sébastien Broda, le chef étoilé de l’établissement, prodiguaient une variété de mets délicieux et que le Champagne coulait à flot. La note sucrée, élaborée par compère Pascal Picasse, vint logiquement compléter le programme lorsque tout le monde se déplaça vers la « Plage 45 » au moment du feu d’artifice final.

Il ne fait aucun doute que cet anniversaire restera dans les mémoires comme une des soirées cannoises les plus glamoureuses, les plus à « Cannes et nulle part ailleurs ! » de l’année.

Grand Hôtel
45 bd de la Croisette 06400 Cannes
tel. 04 93 38 15 45
Pays de Lérins

- noir et or, un sur mesure pour l'équipe de choc,
manque Sébastien Broda et Pascal Picasse, omniprésents par ailleurs -
photos Laurent Loiseau -