Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Saint Jean Cap Ferrat : au Royal Riviera

le romantisme et la gastronomie font bon ménage...

Crédits:
textes par
images par

La situation géographique de ce petit palace de luxe est déjà, exceptionnelle : il domine un grand parc arboré réalisé par le célèbre architecte de jardin Jean Mus, surplombe sa plage privée et fait face à une immense piscine au bout de laquelle trône l’Orangerie, construite dans un style néo-provençal, revisitée contemporain, qui abrite 16 chambres et suites dans des tonalités de bleu, jaune vert olive et décorées de meubles en fer forgé et bois huilé.



Le « Royal Riviera » a été édifié en 1904, quand toute l’aristocratie britannique et russe se précipitait sur la Côte d’Azur. Idéalement situé entre la « Villa Kerylos » voisine et la « Villa Ephrussi de Rothschild, il s’appelait le « Bedford ». Particulièrement séduisant, il arrive à traverser plus d’un siècle et demi. En 1999, racheté, l’hôtel retrouve une seconde jeunesse, grâce à Grace Leo (G.L.A Hôtels) qui, au fil des années, n’a cessé de l’embellir : 78 chambres (à partir de 275 €) et suites qui conjuguent esprit contemporain et Belle Epoque, dans un esprit glamour qui correspond tout à fait à l’ambiance de l’hôtel.

Aujourd’hui, dès l’arrivée, on est séduit par le grand hall rehaussé de fresque « terra cota » et de tableaux à motifs étrusques qui débouche à gauche sur le grand salon aux baies vitrées qui donnent sur la piscine et la mer. Avec ses fresques grecques ponctuées de colonnes doriques, il évoque un palais crétois : on est en plein « Belle Epoque ». De l’autre côté, le bar insuffle un air africain avec peau de zèbre, masques en bois… Dépaysement assuré, émerveillement garanti !

Côté cuisine, le jeune et entreprenant directeur, Bruno Mercadal, a fait appel à l’un des chefs les plus doués de sa génération : Alain Parodi. Dans le ciel étoilé du Michelin, ils ne sont pas nombreux à avoir été le « génie » de leur promotion. Pour les sexagénaires, il y a Jacques Maximin, pour les quinquas, Michel Del Burgo et pour les quadras, Alain Parodi. C’est bien lui qui signe la carte des restaurants : le gastro, « La Table du Royal » et de « La Pergola », restaurant-grill situé à côté de la piscine, qui assure une restauration légère le midi, en été. Mais même dans des cartes snacking, on peut faire du bon, voire du très bon !

Bruno Le Bolch interprète au mieux, en y mettant sa touche, les créations d’Alain Parodi : il aime jongler avec des produits simples et frais et, avec sa baguette de magicien, il en fait de vrais régals. Encornets farcis, risotto au safran et langoustine, raviolis de scampis et crème de chou fleur, pigeonneau rôti et légumes de saison, cochon ibérique à la plancha et petits oignons farcis… que du bonheur.  Menu à déjeuner : 35 €, menus du soir : 58 et 90 €.


Hôtel Royal Riviera 
3 avenue Jean Monnet – 06230 – Saint-Jean-Cap-Ferrat – tel : +33 (0) 4 93 76 31 00