Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

De banque en banque, les recettes pour faire fructifier

ses avoirs... en toute discrétion ou presque.

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

Durant la dernière guerre, nos paysans et autres producteurs ne disposaient pour planquer leur argent issu du marché noir que de lessiveuses. Avant eux, sale ou pas sale, l’argent trouvait sa place sous les matelas et dans des bas de laine... Depuis, le système n'a fait que se perfectionner.

Aujourd’hui les banques ont confisqué l'argent. Les plus ambitieuses de ces institutions ont mis en place des paradis qui attirent les... fourmis. Tout un arsenal de procédés complexes qui sont censés rendre invisibles leurs avoirs des regards indiscrets des inspecteurs du fisc. L’argument majeur auquel se laissent prendre cette clientèle particulière se résume à : pourquoi payer plus quand on peut payer moins. Quand ça marche, on est gagnant gagnant. Quand ça ne marche pas, le prix à payer risque d’être disproportionné. Comme lorsque trop gourmand, on croit aux faiseurs de miracles qui annoncent aux gogos des taux d’intérêts improbables. Des gogos toutes classes sociales confondues, des particuliers, des chefs d’entreprise, des... élus, avec comme moteur suprême la « cupidité ». Celle-là même dénoncée par Barak Obama lors de sa tonitruante intervention d’investiture. Rien n’a changé, rien ne changera, les hommes sont ainsi faits ! Il y aura toujours des Bernard Madoff pour faire prendre des vessies pour des lanternes à des Steven Spielberg ou des Élie Wessel. Toujours plus de dollars, de yens, d’euros, pour toujours plus de pouvoirs sur les... autres. Quant aux banques, elles ne peuvent garantir à 100% le secret de leurs comptes. Souvent 99%, ce n'est pas assez. Nobody is perfect ! La prise de risque existe et malheur à qui se fait prendre les doigts dans la confiture...


Suite aux accusations qui ont conduit à la démission du Ministre du Budget, Éric Vernier, auteur de « Techniques de Blanchiment » aux Éditions Dunod apporte un commentaire éclairé sur le sujet. Il suggère même, plutôt que de jouer à la roulette... russe, une technique qui paraît plus sûre... Avis aux amateurs !

« Le cas Cahuzac. Le ministre du budget démissionne suite aux accusations de blanchiment de fraude fiscale. Ce délit extrêmement courant peut paraître étonnant. En effet, pourquoi faire ressortir au grand jour de l’argent que l’on avait caché pour éviter l’impôt ? Une technique simple de blanchiment permet d’illustrer le cas et de le comprendre : le prêt adossé ou autofinancé. L’argent caché en Suisse sert de garantie à un emprunt contracté dans la filiale française de la banque suisse. L’argent sale de la fraude fiscale se transforme ainsi en emprunt totalement légal qui servira à construire une maison ou à investir dans une entreprise. La banque se rembourse avec les capitaux illicites. CQFD. »