Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Stationnement : la dépénalisation des PV...

à boire et à manger.

Crédits:
textes par
Catégorie Les paradoxales

Une bonne idée mais pour qui ?


- Nice, ses vélos bleus, solution de proximité... photo © Riviera Reporter -

Même si l’adoption du projet de loi sur la dépénalisation des PV est acquise, elle n’entrera pas en application avant 2 ans et risque d’ici là d’être attaquée par ses opposants, notamment l’association « 40 millions d'automobilistes ».


Le 7 juin  dernier, l’association « 40 millions d'automobilistes » demandait aux députés de s'opposer formellement à l'amendement visant à dépénaliser les redevances de stationnement suite à l'adoption par le Sénat d'un texte allant en ce sens. L’autre jour, l'Assemblée Nationale votait ce texte autorisant les maires à fixer eux-mêmes le prix du stationnement ainsi que le montant d'une redevance post stationnement dans leur commune.


Laisser le soin aux maires de décider du montant des redevances et des contraventions, est-ce vraiment une si bonne idée ? Le sujet prête à polémique et les avis divergent. À Paris, si la candidate Hidalgo se déclare en faveur d’une augmentation des tarifs les jugeant peu dissuasifs, sa concurrente, NKM, est contre.

Il pourra ainsi y avoir, à quelques kilomètres de distance de grandes disparités. Elles refléteront les choix des maires et illustreront leur politique sur le stationnement et les transports dans leur commune. On peut noter en... circulant, que le maire de Vallauris a rendu payant tous les stationnements ou presque sur Golfe-Juan, au grand dam de nombreux habitants et commerçants tandis que certains habitués de la station balnéaire se rabattent sur Juan-les-pins, pour l’instant plus souple en la matière et moins gourmande...

Beaucoup de maires voient déjà quelques avantages... sonnants et trébuchants à cette dépénalisation. Des agents assermentés remplaceront les policiers municipaux là où ils étaient obligatoires pour dresser un procès verbal. Il sera donc possible de confier les opérations de contrôle à des entreprises privées qui, bien sûr, seront là avant tout pour faire du chiffre, tout comme celles chargées de la Fourrière... On a bien du mal à croire qu’à l’arrivée le prix des stationnements et des amendes soit moins cher. À l’aune du portefeuille des automobilistes, vache à lait de la République, c’est de toute façon toujours trop.

 

À Nice, des habitants du quartier Saint-Roch ont reçu l’autre semaine plusieurs PV électroniques, majorés pour stationnement gênant, et cela sans avoir jamais reçu de premier avis. Cet été, ce fut pareil à Cannes, boulevard du Midi qui longe le bord de mer. Des amendes à 135 € plus le PV et 2 points en moins. Les policiers passaient avec un scanner qui flashait les automobiles stationnées là où, pendant des décennies, elles avaient été tolérées. L’absence d’avis sur les pare-brises ne permettait pas aux personnes concernées de modifier leurs... mauvaises habitudes. Des locaux et des touristes ont ainsi eu la surprise de leur vie en recevant à leur domicile plusieurs PV. Bonnes vacances Monsieur Hulot !

À Nice comme à Cannes, couvert ou pas, le stationnement est cher et passablement dissuasif, ce qui n’est pas forcément bon pour le commerce. Le nombre de places dans les artères a considérablement diminué. L’augmentation du prix des PV ou leur improbable diminution, apportera-elle un semblant d’amélioration ? On a le droit d’en douter.

On a le droit aussi de s’inquiéter de la latitude qu’auront les maires de « faire sauter les PV ». On touche là au clientélisme, un retour à de bien mauvaises habitudes... Le maire de Biarritz, Didier Borotra, a déjà ouvert la voie. Comme tout maire, en tant qu’officier de police judiciaire, il revendique le droit de faire sauter les PV car il se dit en mesure de juger de l’opportunité ou non de la contravention...

L’ « hommobile » a de quoi s’inquiéter. Il a une belle voiture, avec tout plein de gadgets séduisants et coûteux, la clim et tout et tout mais il peut de moins en moins s’en servir. Si moins de voitures, c’est moins d’emplois et de CA pour notre industrie numéro un, cela devrait se révéler bon pour l’environnement et pour notre santé, moins de bruit et de particules fines. Le quidam s’interroge : qu’est-ce qui va remplacer la voiture individuelle ?

Un long chemin ici et ailleurs reste à faire, en vélo ou à pied... C’est bon pour les mollets !