Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Antibes décerne son prix à une parisienne

du Sud...

Crédits:
textes par

Le Grand Prix Littéraire de la Ville d’Antibes Jacques Audiberti a été attribué à l’écrivain d’origine libanaise, Vénus Khoury-Ghata pour l’ensemble de son œuvre. De Paris où elle réside depuis 1972, elle parle avec passion de sa patrie d’origine et des pays du pourtour de la Méditerranée.


- Didier Van Cauwelaert à gauche, Venus Khoury-Ghata, Jean Leonetti,
Simone Torres Forêt Dodelin,
Mme Auberti -

Avant de recevoir des mains du député-maire de la ville, Jean Leonetti, le prix littéraire Jacques Audiberti, Venus Khoury-Ghata a rencontré à la villa Eilenroc, comme c’est la coutume, les médias. Le président du jury, Didier Van Cauwelaert, a rappelé que le prix, fondé en 1989, récompense une œuvre inspirée, totalement ou en partie, par la Méditerranée. Il a dressé le parcours géographique et littéraire de la lauréate, de sa carrière commencée en 1966 avec la publication de Les visages inachevés. Puis ce sont une vingtaine d’ouvrages romanesques qui viendront s’ajouter aux nombreux recueils de poésie, sa « respiration ». Venus parle avec une apparente légèreté (une façon de se protéger) du déracinement de tous les expatriés du monde et des dangers qui les quêtent : l'acculturation.

Vénus Khoury-Ghata est aussi traductrice, notamment de la poésie d’Adonis. Elle participe chaque année au Salon du Livre de Beyrouth. Membre de dix jurys littéraires dont ceux de l’Académie Mallarmé et des Prix France-Québec, Max-Pol Fouchet, Senghor, Yvan-Goll ainsi que du Prix des Cinq Continents de la Francophonie, ses romans furent souvent récompensés. Ainsi, « Le Moine, l'Ottoman et la femme du grand argentier » reçut le Prix Baie des Anges annonciateur de celui d’Antibes.

Avec cette nouvelle distinction littéraire, elle inscrit son nom à la suite de glorieux promus tels Laurence Durell en 1989, Jean d’Ormesson en 2003, Michel Deon en 2008... Une belle liste d’adorateurs du soleil et de la Méditerranée, observateurs attentifs des hommes et des femmes qui y vivent. 

  • Cette année le Prix Littéraire Jacques Audiberti accueillait un nouveau membre du jury : Jean-Christophe Rufin. Lauréat 2012 de ce même prix, médecin, historien, écrivain et diplomate français, il est l’un des pionniers du mouvement humanitaire Médecins Sans Frontières et a consacré plus de vingt ans de sa vie à travailler dans des ONG, telles qu’Action Contre la Faim, Médecins Sans Frontières ou la Croix Rouge française. Auteur de nombreux romans et lauréat du Prix Goncourt en 2001 pour Rouge Brésil, il a été élu en 2008 à l’Académie Française, dont il est le plus jeune membre.