Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Rotterdam, capitale économique de la Hollande

est aussi une destination Culturelle...

Crédits:
textes par

Lorsqu’on parle de Culture au pays des tulipes, on est habitué à associer Amsterdam plutôt que Rotterdam et pourtant, le premier port européen est aussi un lieu qui satisfera l’esthète. Plus généralement, le touriste y trouvera un ensemble de musées et d’expositions d’art d’une grande richesse, capable de rivaliser avec ses voisins. Une des raisons qui ont conduit la ville à avoir été nommée en 2001 capitale européenne de la Culture. Plus récemment, le « World Food Festival », rappelle que la gastronomie a gagné ses lettres de noblesse et fait partie des Arts de la table.

Lorsqu’on est amateur d’art et qu’on se trouve à Londres, on visite et revisite La Tate Gallery, à Madrid on ne rate pas le Prado, à Amsterdam le Rijksmuseum, à Bilbao le Guggenheim, à… Rotterdam le Musée Boijmans Van Beuningen. Il abrite environ 126 000 œuvres en tout genre et de toute période parmi lesquelles on trouve des pièces maitresses comme la Tour de Babel de Bruegel l’ancien, le Portrait d’Arman Roulin de Van Gogh, le Doigt sur la joue de Van Dongen, le Visage de la guerre de Dali, la Petite danseuse de 14 ans d’Edouard Degas… ainsi que des œuvres de Marcel Duchamp, Magritte, Yves Tanguy, Edvard Munch, Kandinsky…


- Hans Mardersteig et Carl Georg Heise par
Oskar Kokoschka -

Actuellement, une exposition temporaire donne, jusqu’au 19 janvier, la vedette à Oskar Kokoschka (1886-1980), notamment ses peintures et dessins, portraits de personnalités et d’animaux. Cet écrivain et peintre expressionniste à la palette très colorée et violente, considéré comme un bad boy, fut un des animateurs de l’avant-garde viennoise. Particulièrement représentatif de cette période féconde, son Double portrait de Hans Mardersteig et Carl Georg Heise.

De son côté, le Nouvel Institut propose, jusqu’au 5 janvier, une sélection de projets d’art et de design basés sur l’intégration du vivant : « Biodesign ». Les arbres deviennent des éléments de construction, les champignons se transforment en matériaux d’emballage et d’isolation, les feuilles de tabac servent de modèles à des carreaux de faïence et les palmiers sont recyclés en pantoufles et en sacs… c’est la nature, inspiratrice du futur, qui nous donne ici la leçon !

Autre temps fort de l’automne, l’exhibition itinérante « Da Vinci, le génie », qui a déjà été vue à Moscou, Sydney et Taipei par quelques 4,5 millions de personnes. Y sont rassemblés plus de 200 objets et œuvres diverses… Elle se termine le 6 janvier et se déroule dans l’ancienne Poste de la ville, dont l’architecture se prête bien à ce type d’événement.


- Rotterdam, passé/présent…

À propos d’architecture, est-il utile de rappeler que Rotterdam, entièrement ou presque reconstruite après la guerre, est un véritable musée vivant, continuel chantier pour les créateurs qui s’ingénient à animer le béton et l’acier jusqu’à défier les lois de la… pesanteur. On pourra commencer ou compléter sa visite par celle de maison/musée de Sonneveld. Ses trois concepteurs ont été inspirés par Le Corbusier et cette maison particulière, rénovée, est un exemplaire quasi unique de ce « fonctionnalisme » un rien austère des années 30, proche de l’art déco et prisée par la classe supérieure de l’époque. Un certain purisme géométrique que n’aurait pas renié Ozenfant et où dominent le verre et l’acier, des toits plats, de la lumière, un jardin conséquent…

Rotterdam, particulièrement son centre, offre aux promeneurs une visite gratuite de ce qu’il y a de plus original, novateur, dans le domaine de l’architecture. On ne sait où porter son regard. Lieux publics, hôtels, immeubles sociaux ou autres, musées, ont été confiés à l’imagination délirante d’artistes de la règle et de la planche à dessin… On passera à un moment ou à un autre sur le pont Érasme inventé par Ben van Berkel. Au hasard de ces déambulations, on tombera sur les logements sociaux des années trente de De Kiefhoek de J.P.P. Oud, les Maisons cubes de Piet Blom, aussi photogéniques qu’elles sont (sans doute) inconfortables à vivre… On sera peut-être attiré par l’Euromast et ses cent mètres d’élégance. L’occasion de faire un break culinaire dans son restaurant qui offre une vue panoramique sur la cité et la Meuse.


- Rotterdam, diversité et richesse architecturales -

De nombreux autres gratte-ciel ponctueront la balade à pied ou bien entendu à vélo : Blaak 555, Tour New Orleans, la Millenium Twer, The Red Apple… Ce n’est pas pour rien qu’on parle de Rotterdam comme d’un Manhattan sur Meuse… Mais, même les constructions de tailles plus modestes sont signées par des architectes… décomplexés à qui on a laissé carte blanche. Un vrai régal !

Les établissements hôteliers bénéficient aussi de cette liberté d’expression. Parmi les derniers livrés, le Mainport, très design et central. Le cabinet Mas architectuur a conjugué avec bonheur l’aluminium et le verre en reconstruisant sur un ancien cinéma. L’accent a été mis à l’intérieur sur un design holistique qui se décline aussi bien dans les chambres spacieuses, le restaurant que le spa. Un cinq étoiles qui les mérite : la première classe !


- Hôtel Mainport -

De l’hébergement à la restauration, il n’y a qu’un pas, vite franchi puisse qu’il s’agit du World Food Festival. Cet événement gastronomique qui se déroule du 18 septembre au 27 octobre pour la première fois, est l’occasion de faire la connaissance avec les bonnes adresses de Rotterdam, de goûter à la cuisine internationale et expérimenter ce que pourrait être la cuisine du futur. La diversité ethnique qui caractérise la ville (170 cultures s’y côtoient), est un creuset propice.

Pendant cinq semaines, l'horeca (acronyme pour hôtellerie, restauration, cafés, utilisé au Benelux et en Suisse), les producteurs alimentaires, les scientifiques et les grands chefs s’appliquent à donner le change, notamment par le biais d’événements de toutes sortes, de marchés, de dégustations, d'ateliers, d'expositions interactives comme celle de la « Future Food House », d'itinéraires urbains et d'excursions dans le port. Exemple d’atelier proposé, celui dédié au chocolat dont on sait que les Hollandais raffolent. Au Chocoholic on apprend en s’amusant à confectionner ses propres créations chocolatées et on les ramène à la maison.


- Marco du Chocoholic -

Au gré de ses fantaisies, le voyageur pourra se restaurer au Las Palmas dont le chef, Herman de Blijker, est un des principaux acteurs de la nouvelle cuisine hollandaise. Il revisite sans complexe la bouillabaisse et joue sur la fraîcheur et la diversité des fruits de la mer. Sa cave est étonnante et fait la part belle aux vins… français. Son adjoint, Jean-Luc, se fera un plaisir de vous conseiller les meilleurs flacons.

Deux autres adresses ont retenu notre attention. Le restaurant d’ambiance le Blender, ses nombreux cocktails, spécialité de la maison et la possibilité de descendre danser à l’étage au dessous. Le Rodin, lui, mise sur le décor qui fait référence au sculpteur. Très tendance, très représentatif des lieux où les Rotterdamois adorent se rendre et faire la fête…

Rotterdam, une ville étonnamment moderne, agréable à vivre et à visiter. Une capitale du bon vivre et de la culture ! 

Renseignement : Office de Tourisme de Rotterdam

Au départ de Nice, la compagnie aérienne Transavia propose des liaisons avec :

  • Amsterdam, tous les jours, sauf le jeudi.
  • Rotterdam, tous les lundis, jeudis et dimanches.
  • Eindhoven, tous les lundis et vendredis.

Le vol aller simple à partir de 50 €.
Réservation sur le site Internet de la compagnie Transavia
ou auprès du centre d’appel au 0892 058 888 (0,34 €/min).