Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

La « Grande Couronne »,

Marseille extra-muro...

Crédits:
textes par
images par

suite de l'article : A la découverte de la Grande Couronne marseillaise...

On peut difficilement qualifier une région française de plus belle ! Elles ont toutes leur charme. Mais on peut constater objectivement que la plus belle réserve ornithologique de France est à moins d’une heure de Marseille : la Camargue. Non seulement, c’est le paradis des oiseaux grâce à ses marais, mais c’est aussi une région d’agriculture très performante, d’élevage et de tourisme. Nous voici donc partis en Camargue, pour visiter l’un des plus beaux mas du delta du Rhône, puis découvrir un chef-jardinier.


Sur la route qui relie Arles aux Salins de Giraud se trouve un minuscule village, Le Sambuc. C’est sur cette commune que se situe Le Mas de Peint, un domaine de 500 hectares tout à fait extraordinaire. D’abord par son histoire : il était une fois un petit garçon, Jacques Bon, dont les parents travaillaient et vivaient au Mas de Peint. Les années ont passé, le garçonnet est devenu l’un des plus grands éleveurs d’ovins de la région. Il rachète la propriété et s’y installe. Et puis, l’avenir de l’élevage de moutons français est devenu précaire avec la mondialisation. Avant que les choses ne se gâtent, Jacques Bon revend tout son cheptel. Mais, éleveur un jour, éleveur toujours : il devient l’un des plus importants manadiers de la Camargue, avec quelques 250 taureaux plus des chevaux, et dynamise sa propriété en se lançant dans la riziculture, aujourd’hui bio. Décédé il y a deux ans, le flambeau a été repris par son fils, passionné aussi bien d’élevage que de riziculture, et qui se démène pour valoriser tous les bons produits locaux : vins, charcuterie, pain, fromages de Banon… 

Mais le Mas de Peint est aussi un hôtel 5* de la chaine Châteaux & Hôtels Collection. Au bout de la longue allée plantée de lauriers roses, la belle bastide du XVIIème siècle a été transformée en hôtel de charme, alors que la grande bergerie voisine sert aujourd’hui aux séminaires. Avec 8 chambres (à partir de 235 €) et 4 suites, on se trouve dans une « maison familiale » au charme authentique, avec la salle de restaurant installée dans la grande cuisine ou sous la tonnelle ombragée aux beaux jours. On bénéficie bien sûr de tous les prestations d’un palace, avec piscine, spa…, mais en plus, des forfaits sont prévus pour les amateurs de la Camargue, avec possibilités de faire du cheval, du 4x4, du VTT sur la propriété, des visites ornithologiques, jouer au gardian (attention les taureaux camarguais ne sont pas commodes, quant aux vaches, elles ne sont pas plus avenantes, sélectionnées très jeunes pour devenir reproductrices. L’un des critères de la sélection est leur combativité !), de s’initier au « flamenco » ….

  • Le Mas de Peint - Le Sambuc – 13200 – Arles – tel : 04 90 97 22 20 

- Armand Arnal à gauche de la fontaine et deux compères qui participeront à l'année gastro 2013...

En direction d’Arles, à quelques kilomètres, se trouve La Chassagnette, seule table étoilée camarguaise. Que dire de cette auberge (une ancienne bergerie) plantée au milieu de la plaine, avec son immense potager bio qui donne directement sur la terrasse ombragée du restaurant ? Que c’est une des meilleures tables que je connaisse ! Le jeune chef propriétaire, Armand Arnal, ancien de chez Ducasse, y décline une gastronomie où le produit est toujours mis en vedette. Avec la complicité de son jardinier, Claude Pernix et de son associé, Michel Mialhe qui vous accueille en maître de maison, ce grand jeune homme au visage poupin et au sourire d’enfant, créé tous les jours de nouvelles recettes à partir de la cueillette quotidienne. Avec des fleurs comestibles, des plantes aromatiques, des herbes et des légumes oubliés (plus de 250 variétés), l’imagination du chef a de quoi se débrider à l’heure de l’élaboration du menu du jour. Armand Arnal emmène ses clients dans un festival de saveurs de terroirs : le goût retrouvé. Parmi les entrées à 17 €, le concombre glacé & pimprenelle servi avec des écrevisses de Camargue à la nage est à ne surtout pas manqué. Un plat végétarien est proposé au quotidien, avec les légumes du jour grillés, condiment carotte-miso à 27 €.

En plus du turbot braisé et ses tomates Noires de Crimée à 36 €, en poissons, on peut aussi tester l’anguille du Vacarès laquée, accompagnée de carottes multicolores à l’aillet et fleurs d’origan (35 €). Pigeon des Costières et cochon du Larzac sont souvent proposés, mais ce jour-là, le chef nous avait préparé de fabuleuses entrecôtes de taureau camarguais, venu de la Manade Jacques Bon. Ce fut une véritable découverte. Habituée de la Camargue, j’avais souvent dégusté « La Gardiane », la daube de taureau, au demeurant fort savoureuse. Mais en grillade, c’est exceptionnel. Tendre, goûteux, beaucoup plus savoureux que n’importe quel bœuf, le seul reproche que nous puissions faire est de ne pas trouver de viande de taureaux camarguais dans d’autres régions de France. (Menus à 42 € le midi, 65/70 € le soir – formules à 85, 115 et 125 €).

  • La Chassagnette - Le Sambuc – 13200 – Arles – tel : 04 90 97 26 96