Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : un deuxième bateau pour les moines de Lérins.

Un baptême atypique...

Crédits:
textes par
images par
Catégorie Pays de Lérins

Jusqu’à ce jour, les moines cisterciens de l’Abbaye de Saint-Honorat ne possédaient qu’un seul bateau qui faisait les navettes le Vieux Port de Cannes jusqu’à l’embarcadère de l'île. Si cela suffisait en période normale, pendant les 3 ou 4 mois d’affluence touristique, ils faisaient appel à la Compagnie Horizon, qui les aidait à maintenir, voire à augmenter le rythme des navettes.


Après un montage financier précis, et bien sûr un prêt (les moines sont loin d’être riches) ils ont pu acquérir un nouveau bateau, « Le Saint-Siffrein » construit au Chantier Naval de Bordeaux (filiale du groupe Benetto), selon les plans d’un architecte de marine également français, Mer & Design. Particulièrement bien équipé, ce navire de 23 mètres de long à un faible tirant d’eau (1,10 mètre), une vitesse de 15 nœuds et compte entre 2 et 4 membres d’équipage, selon l’utilisation et peut accueillir jusqu’à 200 passagers (contre 120 sur l’autre bateau). En plus, ce bateau rutilant, confortable et coquet est aussi destiné à être privatisé sur toute la Côte d’Azur. Dans ce but, à l’intérieur, un bar a été aménagé pour y faire des animations autour, entre autres, de dégustations des vins des moines, la partie solide étant confiée à Marc Dussoulier, directeur de la restauration de « La Tonnelle », le restaurant de l’Ile Saint Honorat, qui possède une grande expérience du service traiteur.

Le baptême en lui-même a été surprenant. À commencer par l’identification de Saint Siffrein, qui fut évêque de Carpentras après avoir été moine à l’Abbaye de Saint-Honorat, au Vème siècle. Puis, au lieu de casser une bouteille de champagne sur la coque, comme le veut la tradition, le Père Abbé Vladimir, entouré des membres de sa congrégation, a célébré une bénédiction sous le signe de Notre Seigneur, avec psaumes, lecture de l’Evangile selon Saint Matthieu, prière commune… avant de bénir le bateau, non pas urbi et orbi, mais intérieur et extérieur.

Gageons qu’avec autant d’atouts, sous le signe de la spiritualité, ce joli navire ne peut que séduire les futurs passagers !