Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Var : au Château de Berne

on se prépare pour recevoir touristes et visiteurs.

Crédits:
textes par
images par

Après son escale tropézienne, la journaliste Brigitte Brunot, apprécie l’hospitalité du complexe œno-touristique situé sur la commune de Lorgues. Lire ici l'article.


Ce domaine de 500 hectares est, depuis l’époque romaine, un vignoble, idéalement situé à l’embranchement de la Voie Aurélienne. Comme beaucoup de grands domaines varois, il a été la propriété de nombreuses familles, dont les Villeneuve durant 3 siècles. En 1985, un Anglais en tombe amoureux et le rachète, alors qu’il végétait doucement. Après des grands travaux de rénovation et d’extension du vignoble (120 hectares aujourd’hui), il en confie la direction générale à Didier Fritz. Pionnier en matière d’œnotourisme, ce grand professionnel y organise concerts, animations, escapades pédestres, en VTT ou en quad… Dès 1999, l’hôtel est créé, dans le château et sa tour de guet, doté d’un très bon restaurant, au cœur du domaine, entouré d’oliveraies, chênaies, pinèdes, garrigue et vignoble. À la direction de l’hôtel, une femme particulièrement performante, Christine Monteil, à la direction de la restauration, une autre jeune femme, Marie-Julie Lantrua, née Fritz. Et, depuis 13 ans, le tandem fonctionne à merveille, pour le plus grand plaisir de la clientèle. Au fil des années, l’hôtel monte en puissance pour devenir un 4 étoiles, membre des Relais & Châteaux. Les 19 chambres (à partir de 195 €) et suites, spacieuses, se veulent résolument traditionnelles, avec tomettes au sol, jardin ou balcon, tissus clairs, dans un style « campagne chic ». Racheté par un autre britannique en 2007, l’équipe n’ayant pas changée, l’identité des lieux reste la même.

Côté restauration, c’est une réussite. Une jeune chef, ancien de chez Jacques Chibois, Sébastien Nouveau, a su influé toute sa créativité à la cuisine, qu’elle soit gastro, à l’Orangeraie, ou  « brasserie provençale » à la Bouscarelle, ou simplement snacking au Bistrot. Amoureux du terroir, le chef pioche ses légumes, herbes et fleurs comestibles dans son propre potager, fait appel à des producteurs locaux qui pratiquent l’agriculture raisonnée. L’huile d’olive provient des oliveraies du domaine, le miel de ses ruches, les truffes de ses chênaies ainsi que les champignons en saison. Au « Bistrot », à toutes heures, paninis, assiettes de charcuteries, de fromages (de la région) à partir de 7 €. Un panier bien fourni de pique-nique est proposé pour 16 €. À « La Bouscarelle », sur la grande terrasse ombragée, les entrées, de 10 à 19 €, vont de la salade au foie gras. Le plat du jour est à 19 €, viandes et poissons sont entre 26 et 28 €, les desserts à 9 € et le Menu Provençal à 39 €.

Le soir, on fait la fête à « L’Orangeraie » où le jeune chef laisse libre court à sa créativité : parmi les entrées, deux jolis duos, les asperges Vertes au sabayon poire-bergamote, condiments de légumes et copeaux de Poutargue et les Blanches aux morilles, ou les langoustines crues et cuites, céleri rave et branche, jus de pomme-Xéres. C’est subtil, aussi savoureux que délicat, tout comme le sont le filet de turbot, oignons doux à l’Andouille de Vire, concombre et écrevisses au Pélargonium (du jardin) et le bœuf charolais, mousseline de brocolis et jeunes pousses, condiments à l’amande grillée, jus échalote-anchois. Les desserts sont tout aussi délicieux et raffinés. Menus Saveurs à 62 €, Passion et Découverte à 79 €, Evasion Gourmande à 105 €.

Compte tenu des nombreuses activités proposées aux résidents, du nouveau Spa des Temps by Terraké, en plus de la piscine et des courts de tennis, une clientèle d’azuréens assidus, considèrent le Château de Berne comme leur « résidence secondaire », dixit la directrice. Ils viennent se ressourcer, se faire choyer, une halte dans le temps.

  • Le Château de Berne - Route de Salernes – 83510 – Lorgues – Tel.  04 94 60 48 88