Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Quand Rachida Dati et Dominique Desseigne

font exploser le nombre de recherches sur Google...

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

La demande de recherche en paternité de l’ancienne garde des Sceaux, Rachida Dati, a lancé les internautes et les journalistes sur la piste. Dès la naissance de Zorha, il y a trois ans, la rumeur avait parcourue les rédactions et chacun y alla de sa présumée intuition ou... pire. Des noms circulèrent, Aznar, Laporte, Sarkozy et aussi celui de Dominique Desseigne, héritier de Diane Barrière qui elle-même avait reçu un empire, celui de son père adoptif Lucien. Rumeur toujours, mais pas démentie par le PDG du Groupe Lucien Barrière, qui aurait bien reçu une assignation pour reconnaissance en paternité. On peut s’étonner d’un délai aussi long. Mme Rachida cherchait-elle un père pour sa fille et ne savait plus très bien à qui s’adresser ? Aurait-elle rencontré Mr Desseigne, célibataire devenu endurci, lors de la fameuse soirée de victoire de Sarkozy fêtée au Fouquet’s des Champs Elysées ?


- Rachida Dati – la paternité de cette photo est attribuée à Simon Kirby et accessible sur Wikimédia Commons –

Quelles que soient les bonnes raisons de l’ancienne ministre, les recherches sur ces deux personnages publics allèrent et vont toujours bon train. Ainsi, nous eûmes la surprise de voir des milliers d’Internautes visiter notre site (www.pariscotedazur.fr) pour y recueillir des informations sur au moins une des personnalités citées. Ce fut aussi l’occasion pour nous de redécouvrir certains articles qui à l’époque ne furent pas considérés par les responsables de la communication du groupe comme appropriés. Ce qui nous valus d’être déclarés personna non grata : plus d’invitations aux conférences de presse ni aux déjeuners... La liberté de la presse s’arrête parfois la où commence le buffet !

Surprise, surprise, de relire notre article du 13 décembre 2007 où il est fait mention de l’inauguration de l’esplanade Lucien Barrière faite en 2000. Il nous montre l’ancien maire de Cannes, celui-là même voué aux gémonies par l’actuel maire, Bernard Brochand, comme étant le chef d’une armée de 40 voleurs (NDLD : les adjoints et conseillers qui l’entouraient), et Dominique Desseigne. Esplanade, il faut bien l’avouer, de taille fort modeste pour un chef d’entreprise qui contribua à la prospérité de la ville et y créa des milliers d’emplois. Mais une occasion tout à fait louable de la part de la municipalité de rendre hommage à Lucien Barrière et à son oncle François André, le véritable créateur d’une entreprise qui ne comptait plus ses casinos et ses Palaces, à Cannes mais aussi à Deauville, la Baule...

Situé à une vingtaine de mètres de l’entrée du Casino Croisette, lui-même encarté dans le bâtiment du palais des Festivals et des Congrès, la plaque qui signalait à l’attention des passants, assez nombreux à cet endroit (c’est le moins qu’on puisse dire), l’existence de cette esplanade et les jardinières qui la délimiter ont disparu. Nous n’avons pas d’ailleurs trouvé dans le plan de la ville distribué par la Semec à l’Office de Tourisme, la mention de cette fameuse adresse qui reste néanmoins celle mentionnée sur certaines publications. Ainsi le site Internet Triadvisor, donne comme référence le 1, esplanade Lucien Barrière. Apparemment donc, la disparition de cette reconnaissance à un Cannois de cœur semble avoir été passée sous silence, ce qui n’a ému personne. Dont acte. Il est vrai que la crise venant, la ville et les casinos ont eu d’autres soucis plus urgents...