Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice renoue avec la tradition nautique :

acte 7 des Extremes Sailing Series...

Crédits:
images par

Pour la deuxième année consécutive Nice accueillait sur la promenade des Anglais l’avant dernière épreuve des Extremes Sailing Series (ESS).

Quatre jours de compétition pour ces formules 1 des mers que sont les Extremes. Quarante bolides skippés par des grands noms de la voile qui naviguent dans un immense... stade, à quelques mètres du rivage, permettant à tout un chacun de voir dans les meilleures conditions cette course.


- le maire de Nice Christian Estrosi et les équipages...

Christian Estrosi, Maire de Nice, a rappelé lors de la conférence de presse avec les skippers que la grande histoire du nautisme a débutée à Nice au XIXème siècle avec son Club Nautique et qu’elle se prolonge aujourd’hui avec la réussite du navigateur niçois Jean-Pierre Dick.

En chiffre, ce sont 33 participations à l’America’s cup, 4 médailles d’or et 2 d’argent  aux jeux olympiques, 7 tours du monde à la voile. Huit équipages professionnels de cinq personnes capables de maitriser ces embarcations extrêmement nerveuses et rapides :

  • Le Suisse Ernesto Bertarelli barreur sur « Alinghi » pavillon Suisse,
  • l’Autrichien Roman Hagara sur « Red Bull Sailing Team » (Autriche)
  • le Britannique Ian Williams sur « Gac Pindar » (Grande Bretagne),
  • le Britannique Leigh Mc Millan sur « The Waves, Muscat » (Oman),       
  • le Français Pierre Pennec sur « groupe Edmond de Rothschild » (France),
  • le Français Erik Maris sur « Extreme Ville de Nice » (Zoulou) (France et régional de l’étape),
  • l’Américain Morgan Larson sur « Oman Air » (Oman),
  • le Danois Jes Gram-Hansen sur « SAP Extreme sealing team ».


L’ « Extreme 40 » est une extrapolation du bateau olympique « Tornado », mais deux fois plus grand  et bien sûr plus rapide. Un bateau très raide pour résister aux importants efforts de la structure avec un cœur en nid d’abeille recouvert de deux couches de fibre de carbone. Une voilure très importante lui permet d’être plus rapide que le vent dans seulement 15 nœuds, et de naviguer à plus de 25 nœuds, son record est à 40 nœuds (74 km/h). La longueur de ses deux coques est 12,20 mètres, la hauteur du mât en deux sections de 18,90 mètres, avec une grand voile de 75 m2, un gennaker (pour vent arrière), un foc en fibre de carbone et kevlar pour vent de face, tout ceci expliquant cela...

Cette compétition est en fait un circuit international qui comporte à chaque étape  6 ou 8 manches se déroulant au plus près du public. Elle avait débuté à Muscat (Oman) en février puis à Qingdao (Chine) en avril, à Istamboul (Turquie) en juin, à  Porto (Portugal) en juillet, à Cardiff (Royaume-Uni) en aout, hier à Nice avant l’étape finale à Rio (Brésil) en décembre.

Après quatre jours, le bateau français « Groupe Edmond de Rothschild » s’est imposé à Nice et se positionne ainsi à la troisième place au général avec 51 pts derrière les deux bateaux d’Oman « the Waves » 61,5 pts et Oman Air 54 pts. Nous lui souhaitons la même réussite en  décembre à Rio pour faire briller les couleurs de la France sur les plus hautes marches.


Texte et photos Daniel Beguin