Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : le Pôle d’excellence technologique « Hall 45 » en panne...

Pourtant ce ne sont pas les idées et les inventions qui manquent dans la région azuréenne.

Crédits:
textes par

Au grand dam de son concepteur, Alain Tixier, l’établissement, merveilleusement bien situé entre la Croisette et la rue d’Antibes, n’a pas attendu la fin de sa première année d’existence pour prendre un tournant inattendu. En effet, si sur la vitrine, sont encore inscrits les mots magiques « meeting créativité & innovation », le client alléché par cette annonce attractive découvrira des cintres exposant des bermudas et des vêtements d’été. Une braderie, plutôt qu’un centre dédié aux nouvelles technologies.


- meeting créativité & innovation, du hight tech aux Bermudas…

Une grosse déception pour ceux qui croyaient, à Cannes et à Sophia Antipolis, qu’un tel centre avait sa raison d’être. Plusieurs entreprises locales et même nationales avaient d’ailleurs choisi d’y installer leurs produits haut de gamme, toutes tournées vers l’innovation. Lire ici notre article. Apparemment les actionnaires principaux et le gérant n’y ont pas cru assez et n'ont pas donné le temps au temps. Sans même attendre le bilan de fin d’année, ils ont décidé de stopper l’aventure. Un peu sèchement d’ailleurs aux dires d’Alain Tixier et de certains des hôtes de ce show room hors normes, poussés sans trop de ménagements vers la sortie.

Pourtant tout avait bien commencé. Avant même l’inauguration du lieu en décembre dernier, dès septembre, Hall 45 était opérationnelle et réunissait sous l’égide de David Lisnard, les bloggeurs de la région cannoise et d’ailleurs, pour faire le point sur les réseaux sociaux et autres moyens de communiquer à la vitesse du tweet… Satisfaction des exposants, intérêts de certains produits auprès de clients potentiels comme le Carlton, Reed Midem, les services de la Culture de la Malmaison… Pas suffisant semble-t-il pour le gérant qui s’attendait à mieux. Une décision catastrophique pour le concepteur qui avait sollicité les clients et s’était donné à fond, investissant son temps, son énergie, son carnet d’adresses, engageant sa crédibilité. Bien des raisons pour ne pas se sentir lésé par cet abandon en court de route. Le conflit d’intérêt n’ayant pu être réglé à l’amiable, l’affaire a pris malheureusement une tournure judiciaire.

Dommage pour Cannes qui avait là une bien belle vitrine pour captiver l’attention de prospects désireux de miser sur les technologies les plus audacieuses, les plus modernes, les plus inventives !