Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

C'était au temps où Maurice chantait...

Crédits:
autre
Maurice Chevalier par Charles Kiffer

En 1989, le Festival fêtait les 100 ans de Maurice Chevalier et une exposition du dessinateur Charles Kiffer lui rendait hommage.

Charles Kiffer qui avait commencé à croquer Maurice dès 1925 et allait s'en faire pour la vie un ami.

Reproduction d'une des affiches de Charles Kiffer.

Est-ce sa carrière de chanteur ou celle d'acteur qui fut la plus importante ? Elles ne se gênèrent en rien l'une et l'autre et furent d'une complémentarité parfaite.

Maurice a quitté le Carlton pour se promener incognito (…) sur une Croisette qui ne ressemble guère à celle de maintenant. Sur le sable, quelques cabines et pas de restauration… juste quelques sandwiches et pan-bagnats.

Le cinéma et Maurice, c'est une longue histoire d'amour. Il a tourné quelque 58 films dont l'éternel "Gigi" de Vincente Minelli en 1957 qui obtint 9 Oscars à Hollywood.

Il avait déjà reçu le premier prix d'interprétation au Festival du film de Locarno pour son rôle dans le film de René Clair : "Le Silence est d'or". En 1959, il obtenait un Oscar exceptionnel pour sa contribution au monde du spectacle, pour recevoir en 1968 un Emmy Award… Un des plus grands metteurs en scène américain des années 30 disait de lui qu'il avait le "don très rare de donner un air innocent à la scène la plus compromettante".

Il rejoignait en cela le jugement du prince Rainier : "Spirituel, jamais vulgaire, il nous communiquait sa bonne humeur en nous offrant l'évasion !".

Le Festival lui doit un sacré coup de main. Il lui prêta sa stature emblématique lors du Festival de 1946 et défila sans complexes sur la Croisette lors des parades.

On regrette un peu que les organisateurs du Festival n'aient jamais choisi Maurice comme président du jury. Peut-être était-il trop cannois, il est toujours si difficile d'être prophète en son pays…

Ce qui n'empêcha pas Maurice de faire don de sa villa cannoise aux "indigents de la musique", à ceux qui n'avaient pas eu sa chance mais qu'il considérait comme ses frères de scène. La SACEM en hérita, qui la vendit à la ville de Cannes, toujours propriétaire.

Des artistes du Music-Hall l'ont remplacé sur la scène, d'autres artistes lui on succédé sur le grand écran… Mais, dans notre mémoire, il est toujours en vie.

Lors d'un des tout premiers festivals, Maurice Chevalier est entouré de Kirk Douglas (à sa droite), qui fut président du jury en 1980. A sa gauche, la toute jeune Simone Signoret, Yves Montand (président du jury en 1987) et Gary Cooper pour qui le train allait bientôt siffler trois fois…

Photo de J. Feneyrol.

* Nos remerciements à M. et Mme François Vals et à Dominique Gelot, ardents défenseurs de la mémoire de Maurice Chevalier.

René Allain - article publié en 1998 dans la version papier du magazine Paris Côte d'Azur -