Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

De Jean-Marie Messier à Dominique Villepin, en passant par Cannes, Nice et la Turquie...

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

des commentaires à terre.

  • Jean-Marie Messier. Il a perdu beaucoup de sa superbe et de son arrogance. À l’heure de rendre enfin des comptes, il se montre discret et préfère désormais faire profil bas. Il assume, dit-il, ses choix et ses échecs. Des choix qui ont eu des conséquences tragiques pour certains actionnaires des entreprises dont il avait la responsabilité. Pas pour lui qui a cumulé des salaires faramineux et un parachute… doré à l’or fin. Comme pour les politiques, on ne peut pas dire qu’un échec de stratégie ou de mauvais choix, se traduise vraiment par des sanctions… financières, alors que les petits et les sans grade risquent le renvoi pour faute lourde au moindre écart… On constate que les politiciens continuent à se faire réélire sans trop de problèmes, et que les chefs d’entreprise du Cac40 dont les actions ont perdu le plus, sont ceux qui ont perdu le moins… de leurs avantages. Ils peuvent tous regarder l’avenir le plus tranquillement du monde, leur retraite est assurée, elle sera confortable.
  • Dominique de Villepin. L’ex-premier ministre et potentiellement candidat à la présidence de la République, devrait prochainement finaliser l’achat d’un Hôtel particulier à Paris. Un relativement… modeste 400 m2 qui devrait lui permettre d’installer ses bureaux, sa famille et de préparer, à l’aise dans ses baskets Nike ou Converse, son mouvement. Il fait parti de nos hommes politiques qui ne se mouchent pas avec le dos de la cuillère !
  • Nice. Le sommet Afrique-France, organisé à la va-vite, a entraîné, de Cannes à Menton, son lot d’embouteillages. Comme d’habitude, ce sont les automobilistes, se rendant pour la plupart à leur travail, qui en ont fait les frais. Coincés dans des queues interminables, brûlant on ne sait combien de litres d’essence ou de gasoil en plus, ils sont à l’insu de leur plein gré, les victimes de ces manifestations dont on n’est totalement persuadé de leur utilité. Pourquoi choisir des centres-villes que de toute façon, les participants n’auront pas le temps de visiter, passant à toute allure, au son des klaxons des motards et des sirènes… de l’aéroport à leur hôtel étoilé, de leur bar VIP à la salle de conférence ou au Palais des Congrès. Revenant du Var et roulant vers Nice, au lendemain du sommet, nous avons pu observer le nombre impressionnant de véhicules militaires, gendarmerie, CRS et autres. Des centaines d’autobus et de voitures qui revenaient de leur expédition niçoise. Toutes ces forces militaires et policières, qui aux dires du quotidien régional Nice-Matin, manquèrent cruellement à Grasse. Le Palais de Justice ne pu fonctionner correctement, faute de fonctionnaires… Quant à la facture, n’en parlons même pas, en ces temps de crise, ce serait indécent !
  • Turquie. Qui a-t-il de plus intolérant qu’un meurtre de prêtre dans une pays islamique ? Deux ! Mgr Luigi Padovese a été l’autre semaine poignardé à mort dans le sud du pays. C’est le deuxième membre du clergé en quatre ans, victime du fanatisme. Cela fait un peu désordre dans un pays qui se vante de sa tolérance en matière de religion, argument de poids dans le contexte de son entrée dans la communauté européenne. Combien de pays dont la religion est majoritairement chrétienne, prennent pour cible des leaders religieux ?
  • Festival de Cannes. La cause algérienne n’a pas fait recette auprès du jury. On devine que ce n’est pas la tasse de thé de Tim Burton, le président. Le film polémique et plutôt partial de Rachid Boucherad (qui avait déjà obtenu pourtant une Palme d’Or) « Hors la loi », ne l’a pas séduit. À l’inverse, le film de Xavier Beauvois, « Des Hommes des Dieux » qui relatait l’histoire des sept moines de Thibhirine, lâchement assassinés en Algérie alors qu’ils prônaient la non-violence et la tolérance, a fait mouche et récolté le Grand Prix du Festival. Sachons regarder d’où viennent l’intolérance, la xénophobie et le racisme. Apprenons en même temps à juger les gens sur leur comportement et non sur la couleur de leur peau, leur appartenance à une religion ou à une ethnie !