Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : Les aléas de l’été.

Crédits:
images par
Catégorie C'est notre santé

Moustiques et maringouins, vives et méduses... touristes et turista.

L’été arrive et son lot de petits soucis qui l’accompagne. Sur les rivages méditerranéens, il faut s’attendre dès le mois de juin à l’arrivée massive de touristes trop souvent dépenaillés, suants et ventripotents. Dans la mer, ce sont les vives et plus fréquemment encore les méduses qu’il faut craindre. Imprévisibles, voyageant au gré des courants par centaines voire par dizaines de milliers, c’est une vraie plaie. On s’en protège préventivement en appliquant de la crème Médusyl qui joue aussi le rôle de crème antisolaire.

Sur terre, c’est une autre histoire. Il y a les voitures qui, comme les touristes de tout à l’heure, se garent n’importe, parfument l’air d’incomparable façon, provoquent des embouteillages… qui rendent les vacances inoubliables. Il y a aussi ces petites pestes que sont les moustiques. Nos cousins du Québec les appellent les maringouins. C’est plus amusant mais ça pique aussi. Les nôtres ont chez nous renforcé leur présence en prenant l’avion. Ils viennent principalement de la Réunion où ils sont les vecteurs privilégiés de la dengue et du chikungunya. Là, on peut compter sur une gamme de produits MoustiKologne, moustiquaires, diffuseurs électriques, protection pour les vêtements et répulsifs en lotions et en crème. À noter, d’après le fabriquant, l’extrême tolérance de certaines déclinaisons qui les rendent utilisables par les tout-petits (dès 6 mois) et les femmes enceintes. Aussi un répulsif anti-tiques, taons et mouches noires.