Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Mougins : un vignoble oublié reprend du service

Crédits:
textes par

et s’invite dans la cour des Rosés de Provence…

Les vieux Mouginois sont encore là pour témoigner. La campagne était riche et prospère. Chacun ou presque avait son potager et cultivait son champ. Qui n’avait pas quelques oliviers pour son huile, quelques arbres fruitiers pour sa consommation et ses confitures, quelques vignes pour son vin… Beaucoup avait même leur propre pressoir et leur cuve. De mémoire, les boisons alcoolisées qui en résultaient, ressemblaient plutôt à des piquettes qu’à de grands vins. La guerre passa par là, finissant de sédentariser des ruraux qui trouvaient la terre de plus en plus basse… Pour achever ce changement, l’attrait de la Côte d’Azur accéléra la pression immobilière, incitant les propriétaires terriens à vendre…

Quelle ne fut pas donc notre surprise, l’autre jour, d’être invité à venir déguster la production du Domaine de Pibonson, annoncé comme le seul vignoble de Mougins. En toute honnêteté, nous nous attendions au pire. Le premier étonnement, rendu sur place, fut le cadre. Merveilleusement situé sur des coteaux orientés sud, sud-ouest, le vignoble apparu particulièrement bien entretenu, avec en toile de fond, les collines de Tanneron, l’Estérel et la Croix des Gardes. Tout autour, des propriétés bien arborés, riches en essences locales, pins, chênes, genets.


- Arve et Dominique Nyhus, entouré de leur garde rapprochée…

Les propriétaires, un couple de Norvégiens, Arve et Dominique Nyhus, nous accueillirent le plus gentiment du monde, laissant Yves Bottasso présenter l’exploitation ; un hectare, soit 6 mille pieds de vigne répartis en deux cépages, le rolle pour les blancs et le grenache pour le rosé. Bien cordés sur leur restanques, les pampres laissaient déjà entrevoir une abondante récolte. Cueillis à la main, les raisins seront pressés sur place et le jus travaillé à l’aide d’un équipement de pointe, cuves réfrigérées et fûts en chêne. Toutes les chances lui sont ainsi données d’exprimer le meilleur. Un meilleur qui donna lieu à une dégustation entre professionnels, œnologues amateurs, voisins, journalistes gastronomiques, autour d'un buffet champêtre de bon aloi.

Chacun pu aussi deviser tout son aoul avec Antoine Cuhna, le responsable de l’exploitation, et avec Philippe Spinelli, l’œnologue responsable de la vinification, lui-même exploitant à Taradeau dans le Var. Tous les deux sont à féliciter pour leur sérieux autant que pour leur savoir-faire. Quant à Yves Bottasso, il est le sommelier conseil du Domaine. Au titre de secrétaire de l’Association des sommeliers de Nice Côte d’Azur Provence, il est bien placé pour faire la promotion au sens large du terme auprès de ses collègues et des chefs restaurateurs. Il en a d’ailleurs convaincu quelques uns qui proposent la cuvée 2008 et 2009 à leur clientèle, comme à l’Hôtel de Mougins, le Mas du Grand Vallon, la Brasserie Méditerranée, ainsi que le Mas Candille et le Moulin de Mougins… Un beau début pour un vin sauvé déjà une fois par l'homme aux cinq étoiles, Roger Vergé.

La faible production de l'exploitation, 7500 bouteilles par an sur son hectare de vignes, l’empêche d’être commercialisé tout public. Pas de vente au domaine, seuls La Cave de Mougins, Boris wine shop et La Grange au Val, en détiennent quelques bouteilles, autour de 19 €. Peu de chance par contre de goûter à la « Cuvée Miracle » (en 50 cl). Quasi confidentielle, elle est issue de vendanges tardives, qui en font un vin mœlleux convenant parfaitement à la dégustation du foie gras.

Rosé donc et quel rosé, à la hauteur de bien des stars provençales et déjà digne de rafler quelques médailles sur les salons professionnels. Quant au blanc – il a notre préférence - nous le plaçons lui aussi au niveau des meilleurs, capable de rivaliser avec nombre de Côtes de Provence en AOC.

Les vins du Domaine de Pibonson vont trouver leur public. Les restaurateurs niçois et azuréens sont fiers de proposer sur leur carte le vin de Bellet issu du vignoble niçois, tout comme à Cannes, ils le sont des Vins des Moines de Saint Honorat. C’est aux sommeliers de la région, qui ne manquent ni de connaissance ni d’étoiles, de s’approprier cette étiquette et de proposer à leurs hôtes cette production locale dont la typicité est un atout. Une belle complicité qui devrait séduire de grandes tables et pas simplement à Mougins.

Ce domaine est une survivance, un petit… miracle sur le chemin du même non. Les propriétaires n’en font pas une question d’argent. On l’a compris, ils ne feront pas de bénéfices mais sont simplement heureux et fiers de contribuer à sauver ce patrimoine culturel autant que viticole. Si leurs vins s’imposent, ils mettront définitivement le domaine à l’abri des convoitises des promoteurs immobiliers. Une belle leçon pour les Mouginois et les azuréeens que nous sommes !

- photos © Romain Dartigues -

  • Domaine de Pibonson - chemin du Miracle - Mougins – contact : Yves Bottasso - 06 98 02 12 39