Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Bordeaux : châteaux des champs, châteaux des villes

en Pessac Leognan…

Crédits:
textes par
images par

Il y a les anciens, établis dans la tradition et les « nouveaux venus », issus de professions diverses, se sont reconvertis en vignerons de terroir avec passion et professionnalisme.

- lire ici premier article sur la vie de château en Pessac Leognan…

Château Haut-Bergey. Quand Sylviane Garcin, née Cathiard, a vendu les sociétés qu’elle possédait avec son frère, Daniel Cathiard (actuel propriétaire du Château Smith Haut Lafitte), elle s’est tourné vers ses racines : son grand-père était négociant en vins. Elle tombe amoureuse du Château Haut-Bergey en 1991, et devient vigneronne. Son mari, Gaston Garcin, avocat, partage aujourd’hui sa passion pour la viticulture. Dans un premier temps, ils s’installent dans le ravissant petit château du XIXème, qui trône au milieu d’un vignoble de 30 hectares et ressemble à un château de conte fée, chaque façade étant différente.

Le domaine existait depuis le XVème siècle. En 1700, propriété d’un conseiller au parlement de Bordeaux, le vignoble couvrait 100 hectares. Cent ans plus tard, la propriété était transformée en demeure d’agrément et le vignoble abandonné. Il faut attendre la moitié du XXème siècle pour que le domaine retrouve sa vocation vinicole. À leur arrivée, les Garcin réhabilitent le vignoble, créent un chai ultra moderne et s’équipent au fil des ans des dernières technologies de pointe. Bien qu’homme de loi, Gaston Garcin a un sens inné de la terre : il fait faire des explorations géologique pour sélectionner son terroir de vignoble et inaugure une pratique de déchaussement des vignes pour tailler leurs racines.

Le résultat est on ne peut plus probant, ses vins sont délicieux : les 25 hectares de rouges sont issus de 54% de Cabernet-Sauvignon et 46% de Merlot (à partir de 15 €). Quant aux 2 hectares de blancs, ils sont le résultat de l’assemblage de 82% de Sauvignon et 18 % de Sémillon (à partir de 19 €). Aujourd’hui, la famille possède 7 domaines vinicoles : un autre en Pessac Leognan, Le Château Branon, un en Pommerol, le Clos l’Eglise, un à Saint-Emilion, le Château Barde-Haute ainsi que 3 propriétés en Argentine gérée par une des filles Garcin et son mari.

  • Château Haut-Bergey – 33850 – Leognan – Tel : 05 56 64 05 22

Château Seguin. Au début du XXème siècle, ce superbe vignoble, idéalement situé entre Pessac et Leognan, sur un sol graveleux et sablo-graveleux produisait déjà un vin très apprécié. Durant le marasme des années 50, juste après la guerre, le domaine tombe dans l’oubli. Il est morcelé, loti, le château faisant parti d’une parcelle aujourd’hui séparée du vignoble. Il a fallu la passion de la famille Darriet pour tout rebâtir en 1987. Pourtant, rien ne les destinait à devenir vigneron, le père était ingénieur, la mère artiste, mais fille de vignerons (à 14 ans, elle conduisait des tracteurs avant d’obtenir son brevet de pilote) quant à Denis, leur fils aujourd’hui quinquagénaire, il a fait une superbe carrière dans la joaillerie de haut luxe. Ces viticulteurs atypiques ont réussi à recréer un vignoble de 31 hectares où s’épanouissent Cabernet-Sauvignon et Merlot (50% de chaque dans leurs vins).

Bien que ne faisant pas partie des crus classés, ils décrochent depuis quelques années Médailles et distinctions dans les guides spécialisés. Les vignes ont aujourd’hui plus de 20 ans, et le challenge de Denis Darriet serait d’avoir l’autorisation de replanter, dans la forêt voisine qui leur appartient, quelques hectares pour reconstituer peu à peu le vignoble initial. Ils produisent 8 000 caisses de Château Seguin (à partir de 15,50 € la bouteille) et 3 500 caisses de leur second vin, L’Angelot de Seguin (à partir de 9,90 € la bouteille). Ils ont bâti au milieu du vignoble leur habitation qui ressemble à une grande maison coloniale, chaleureuse et hospitalière. Leur immense chai est bien sûr pourvu de toute la technologie moderne, tout en respectant certaines lois traditionnelles, dont notamment les vendanges manuelles.


- Château Seguin -

  • Château Seguin – Chemin de la House – 33610 – Canéjan – Tel : 05 56 75 02 43

Château La Garde. Dans le Bordelais, on ne présente plus Dourthe, négociant-viticulteur depuis 1840. Quand la société rachète il y a 20 ans ce grand domaine, le choix s’avère très judicieux. Une partie du vignoble est réparti sur 3 croupes, dont l’une culmine à 50 mètres et domine toute la commune de Martillac. Le sol, de ce fait, est à la fois graveleux, argileux et sablonneux, selon les dénivellations et produit des vins remarquables. Au cœur de ce vignoble d’une soixantaine d’hectares trône une des plus jolies « Chartreuse » du Bordelais, consacrée aux réceptions au Château et divinement bien restaurée. L’immense chai est situé en dessous, donc enterré, ce qui lui permet d’avoir une excellente isolation naturelle.

Les 54 hectares consacrés aux rouges, sont dédiés aux cépages emblématiques de l’appellation : 61% de Merlot, 33% de Cabernet-Sauvignon, 4% de Cabernet Franc et 2% de Petit Verdot (à partir de 25 €). Les 2 hectares de blancs font la part belle aux Sauvignon, avec 50% de Sauvignon et 50% de Sauvignon Gris (à partir de 30 €). On peut faire confiance à l’expérience des Vins et Vignobles Dourthe pour obtenir un précieux nectar, vu leur nombre de domaines dans le Bordelais (6) ainsi qu’un en Corbières Minervois et un en Argentine. Il est nécessaire de réserver pour visiter.


- La Garde -

  • Vins et Vignobles Dourthe – 35 rue de Bordeaux – 33295 – Parempuyre – Tel : 05 56 35 53 00

Il existe également quelques vignobles urbains. C’est une des spécificité bordelaise : certaines vignes sont carrément dans la ville, comme par exemple le Château Haut-Brion, la Mission Haut-Brion et le Château Luchey-Halde. Ce dernier, moins connu produit un vin est d’une qualité surprenante.

Château Luchey-Halde. Situé à Mérignac, à une enjambée de Bordeaux, ce vignoble est totalement atypique. L’origine du domaine remonte à l’époque où les vignes ont été plantées sur les croupes de Graves. Bien que figurant sur les cartes depuis 1760, ce n’est qu’en 2002 que, rachetés par une école de commerce bordelaise, l’ENITA, les 23 hectares de vignoble sont de nouveau exploités. La propriété d’une trentaine d’hectares s’est dotée d’installations modernes et performantes, implantées à côté de l’ancienne chartreuse du XVIIIème, avec un cuvier circulaire semi-enterré, des chais souterrains. L’encépagement des 19 hectares consacrés aux rouges est composé de : 55% de Cabernet Sauvignon, 35% de Merlot, 5% de Petit Verdot et 5% de Cabernet Franc (à partir de 25 €). Sur les 4 hectares de blancs, les cèpages tout aussi traditionnels sont 55% de Sauvignon et 45% de Sémillon (à partir de 25 €). Le 2ème vin du château, Les Haldes de Luchey sont à 15 €. Sous la direction de Jean Magne, le jeune directeur technique, Pierre Darriet, déploie fougue et talent pour obtenir de ses jeunes vignes (5 ans) un excellent Pessac Leognan.

- Château Luchey Halde -

  • Château Luchey-Halde – 17 avenue du Maréchal Joffre – 33700 – Mérignac – Tel : 05 56 45 97 19