Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : le projet de l’extension du Palais des Festivals est enterré…

Crédits:
textes par

provisoirement du moins.

Devant la levée de boucliers de l’opposition municipale cannoise, menée par Philippe Tabarot, la municipalité a retiré provisoirement son projet de creuser sous le square Reynaldo Hahn une immense extension. Environ 20 000 m2 qui aurait mis à mal le site à un prix défiant toute concurrence, 83 millions €… Avec comme corollaire, le lancement d’une délégation de service public de 40 ans, au lieu des plus raisonnables 10 ans habituellement accordés.

- Philippe Tabarot, animateur du groupe Gagner pour Cannes -

Indéniablement, c’est une victoire pour Philippe Tabarot, conseiller général de Cannes Centre, qui avait commencé à réunir les signatures des Cannois opposés à la future délégation du Palais des Festivals jusqu'en 2050. D’ailleurs, en y regardant de plus près, on constate que cette DSP englobe aussi les plages publiques Favre, Le Bret et Macé durant 150 jours par an, la Villa Domergue, le théâtre Croisette et la salle de l’Amirauté au Palm Beach.

Comme s’il voulait couper l’herbe de la révolte sous les pieds de son adversaire déclaré à la prochaine échéance municipale, le premier adjoint de Bernard Brochand et président appointé de la SEMEC, David Lisnard, annonçait le retrait ou plutôt le report pour deux ou trois ans de cette DSP et du projet d’extension du Palais. Il faisait valoir que, vu les circonstances - comprendre : la crise économique et la baisse d'activité des principaux utilisateurs de la structure, essentiellement le groupe Reed Midem - il n’y avait pas le feu au lac ! Curieuse, venant d’un des artisans les plus convaincus du caractère indispensable de la chose, mais sage décision dont se réjouissent nombre de contribuables cannois, opposants ou pas à la majorité municipalité en place.

  • De son côté l’Association Rose Saint Jean, n’était pas restée inactive sur ce dossier et avait lancé une pétition contre le massacre végétal qui n’aurait pas manqué de découler de la construction de l’extension souterraine (lire ici notre article).