Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : Le Grand Hôtel franchit le Cap

Crédits:
textes par
images par

pour atteindre les 100 ans…


- Didier Aniès -

Établissement mythique, cette superbe bâtisse trône au cœur d’un parc arboré d’essences méditerranéennes. Pour fêter son centenaire, il s’est doté d’une Résidence avec de nouvelles suites, d’un parking souterrain et d’un spa de 750 m2.

La gastronomie est de tradition dans cet hôtel dont les cuisines ont été tenues pendant des décennies par Jean-Claude Guillon. Parti à la retraite, la relève a été assurée par un jeune chef plein de talent, Meilleur Ouvrier de France étoilé, Didier Aniès, qui gère les 3 restaurants du palace. Cathare dans l’âme, ce natif de Limoux est tombé tout petit dans les casseroles, avec un mère excellente cuisinière et un grand-père viticulteur : il était de tradition dans sa famille de recevoir les gens avec générosité autour d’une table aussi garnie que savoureuse. MOF, sa technicité n’a d’égal que sa créativité. Artiste dans l’âme, guidé par l’affectif, Didier Aniès cuisine pour faire plaisir à sa clientèle : c’est sa plus belle récompense. Il créé ses recettes à l’instinct et sa curiosité l’incite à goûter tous les nouveaux produits. De ses nombreux voyages, il ramène des alliances subtiles d’épices.

Le restaurant gastro « Le Cap » est installé sous la superbe rotonde créée par Gustave Eiffel, orné d’une peinture murale qui rend hommage à Cocteau (fidèle client de l’hôtel) et bénéficie d’une grande terrasse ombragée de pins centenaires, le chef déploie son talent réel : risotto à l’encre de seiche et parmesan, poêlée de calamars, couteaux et jus de coquillages (68 €), lasagne au caviar d’Aquitaine et jeunes poireaux à l’huile d’olive (115 €, plat avec lequel il a obtenu le titre de MOF 2000), nage de homard, morilles fraîches, ricotta et salicornes (75 €), bœuf Wagyu aux condiments et caviar de hareng fumé (78 €) font partie de ses grands classiques. Sans oublier les desserts réalisés par Luc Debove, meilleur sculpteur sur glace du monde. Son Menu « Saveurs » en 4 plats est à 138 € : une véritable aubaine !

Le 2ème restaurant « La Véranda » dispose d’immenses baies vitrées qui donnent sur le parc et la mer. Il jouit également d’une grande terrasse. La restauration se veut plus internationale, tout en gardant son identité méditerranéenne, et assure un service à toute heure du jour : 9 antipasti de saison à partager (42 €), menu changé tous les jours (68 € café compris) et plats à partir de 26 €, comme par exemple la salade de poulpe aux légumes de saison, le rizotto Carnaroli de crevettes et parmesan, le saumon mi-cuit au sésame, fenouil, pousses d’épinards et betterave.


- la Véranda -

Tout en bas de la propriété, dominant la falaise en bord de mer, « Le Club Dauphin » est le restaurant d’été au bord de la piscine olympique d’eau de mer chauffée. On y accède soit par les escaliers, soit par le célèbre funiculaire. Ouvert seulement au déjeuner, la carte propose des clubs sandwich (32 €), des salades (26 €), des pâtes (30 €), mais aussi des plats plus élaborés, comme le cabillaud poêlé, façon aïoli, aux légumes du marché (38 €), scampis grillés et wok de légumes à l’aigre doux (45 €), paillard de veau, polenta crémeuse, chorizo, olives, figues sèches et parmesan (42 €) pour finir avec les douceurs à 19 €.

Autre nouveauté : le prestigieux palace renoue aussi avec la coutume traditionnelle de l’Afternoon Tea, servi de 15 à 18 heures, tous les jours dans la Rotonde, à côté de La Véranda. Une belle occasion d’apprécier des thés réputés servis en feuilles, accompagnés de canapés salés du chef Didier Aniès et de gourmandises sucrées signées Luc Debove (à partir de 35 €, tout compris).

C’est sûr, une fois installé dans les lieux, l’envie d’y demeurer s’impose, au vu de la diversité des activités proposées, mais aussi de la gentillesse du personnel qui allie professionnalisme et convivialité.