Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice : un Carnaval qui se dit vert

Crédits:
autre

et qui en oublie ses bicyclettes bleues…

L’association Viva06, a attiré l’attention des médias quant à l’évidence de certains paradoxes à propos de l’édition 2010 du Carnaval de Nice.

« Les préparatifs du Carnaval avancent, les tribunes sont déjà installés sur le trottoir sud de la Promenade des Anglais et, comme depuis plusieurs années, la voie cyclable sur trottoir a disparu. Deux options (dangereuses) s’offrent aux cyclistes : circuler derrière les tribunes sur la partie sombre du trottoir au risque de percuter un des nombreux piétons qui cheminent légitimement sur le trottoir, ou emprunter la chaussée de l’artère reconnue comme étant la plus accidentogène de Nice. »

- aucune signalétique (pour l’instant) en bout de pergola…

Ce n'est apparemment pas la première fois que les responsables de l’association demandent à la mairie que la sécurité soit assurée en mettant provisoirement en place une voie cyclable décente. D’après elle, « cette nécessaire prise en compte des cyclistes est particulièrement souhaitable cette année : il serait bien triste que le Roi de la Planète Bleue piétine les cyclistes, comme ses prédécesseurs, sans considération pour l’effet vertueux que tout le monde reconnaît maintenant à l’usage de la bicyclette en ville. Il nous semblerait donc logique de placer cette piste bidirectionnelle sécurisée provisoire sur la chaussée, réduisant ainsi l’emprise des motorisés pendant ce carnaval dédié à l’environnement et au Développement Durable. »

On l'aura compris, en cette période, les amoureux de la petite reine auront tout intérêt à circuler à pieds et éventuellement faire l’impasse sur la folie carnavalesque ! À noter en passant qu’il est de pratique courante pour les mairies du littoral azuréen, de priver l’accès de plages ou de rues pendant des heures (La Croisette), des jours (le Festival de Cannes), voire définitivement comme la jetée du vieux port de Cannes, réquisitionnée pour cause d’héliport… Ne parlons même pas des ministres de notre bonne vieille république et de leurs augustes invités qui à chaque déplacement bloquent des quartiers entiers, provoquant des embouteillages monstres. Quant à la cohérence entre écologie, protection de l’environnement, développement durable et impératifs économiques, il reste encore un long parcours à réaliser comme par exemple relier au plus vite les villes du littoral par une voie… cyclable !