Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Les chefs étoilés adoubent Mougins

Crédits:
textes par

et en font la capitale azuréenne de la gastronomie.


- entourant le maire, Richard Galy, Antony Torkington, Alain Petitprez, Eric Joinville et Mme Isabelle Serra -

Ce qui était au départ un pari est en passe de se réaliser, faire de cette commune pas suffisamment proche du littoral pour y avoir les pieds dans l’eau, un point de ralliement pour les gastronomes autant que pour les professionnels de la restauration du monde entier. Bien sûr, Mougins disposait au départ de quelques atouts. Une tradition de cuisine provençale bien ancrée, un village qui, en quelques décennies, avait concentré un nombre important de restaurants de qualité, capables de séduire un public local et touristique. Sans compter la présence sur ce territoire propice de Roger Vergé qui, dans son Moulin, avait acquis de précieuses étoiles dont la notoriété internationale profitèrent incontestablement à la ville.

Le mérite du maire, Richard Galy, fut de capitaliser sur cette renommée et d’en faire une… entrée en matière pour son Festival de la Gastronomie et des Arts de vivre qui en est à sa 4ème édition. Après la réussite indéniable de l’année passée où 100 chefs étoilés avaient placé le festival à un tel niveau qu’il était bien difficile de faire mieux, la version 2009 était une opération à risques. Alors ils ont fait différemment. Ils ? Alain Petitprez, Dominique Fantino, J.M. Poupart, Alexia Marabelle et leurs dévoués équipiers. Ils ont pu s’appuyer sur les moteurs de la haute cuisine mouginoise que sont Serge Gouloumès, Sébastien Chambru, Christophe Dié et Philippe Artaud…

À l’heure du bilan, l’unanimité était quasi parfaite pour reconnaître les avantages de cette version qui permit de regrouper toutes les forces vives en un seul lieu, choix mûrement réfléchi et assumé par les organisateurs. Déjà se profile la 5ème édition où l’on devrait retrouver les rues joyeuses du village en escargot aussi bien que, quartier Saint Basile, les jardins du « Park » propres à accueillir certains évènements décentralisés… Quant au public, toujours aussi passionné et attentif aux leçons des chefs français et italiens, il était là, fidèle au rendez-vous. Le premier jour fut plus protocolaire et le second placé davantage sur la convivialité et le partage : bonne humeur garantie ! Succès populaire donc qui laisse une marge de manœuvre pour de nouvelles initiatives et rassurent les organisateurs sur la pérennisation de la manifestation.